Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le cancer, ce n'est pas que pour les autres : " A la grande tombola de la vie, j’ai gagné … " le poème du jour de ... Pierre

22 Septembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 

Préambule :

 

« Les mots s’envolent, les écrits restent ».

C’est le principal avantage de l’écriture sur la parole. J’en vois un autre : coucher ses idées sur papier oblige à choisir et à peser ses mots. Quand cela est fait, la relecture permet de les valider ou pas. Ce qui est  loin d’être négligeable.

 

Voici quelques mots sur mes maux.

… Avec la pointe d’humour que permet la philosophie !

 

Pierre Dupuis

 

  

  

( Ecrit en août-septembre 2010 )

 
 
  Image du net
 

A la grande tombola de la vie,

j’ai gagné …

 

J’ai gagné un vilain cancer,

cancer de peau … manque de chance !

Il y a mieux comme dessert

… je crois que c’est une évidence !

 

Je fais avec : pas d’autre choix !

Mais comme je suis philosophe,

un peu poète de surcroît,

cela donne ces quelques strophes !

 

C’est un banal grain de beauté

qui a viré méchant notoire,

il a été trop tard ôté :

fort de café que cette histoire !

 

On m’a dit : «Ce n’est pas bénin !

Attention, c’est un mélanome

que l’on qualifie de malin,

une espèce de sale gnome ! »

  

Sans demander ma permission,

le mal a fait sa promenade

du coté de mes ganglions,

ce qui me met dans la panade !

 

Ne se contentant pas de ça

il s’est permis l’outrecuidance

de travailler comme un forçat

pour embellir sa performance !

 

Il a repris un peu d’élan

pour aller voir mes jolis muscles :

il devient par trop turbulent :

un vrai sans gène qui m’offusque !

 

Ma peau a connu le scalpel :

bonjour les belles boutonnières !

Allez, au bloc et sans appel !

Mais… elle n’est pas rancunière !

 

Mes veines n’ont pas plus de pot :

on me les pique et les repique,

prélèvement ou bien dépôt :

elles connaissent la musique !

 

Mon corps n’a plus rien à cacher,

on a fait le grand inventaire :

toute une série de clichés,

procédure réglementaire !

 

Le mal est dur à trucider,

car pratiquement increvable !

il faut le coincer, le brider,

lui rendre la vie imbuvable !

 

Un grand labo a mis au point

un produit qui serait capable

de bloquer l’intrus dans un coin,

mais … que d’effets indésirables !

 

Pour tester ce médicament

je me suis porté volontaire,

c’est un challenge évidemment

doublé d’un geste humanitaire.

 

Il faut bien passer à l’humain

pour faire avancer la recherche,

il faut se prendre par la main,

en somme se bouger le derche !

 

Toute une équipe à l’hôpital

m’aide à suivre la procédure :

traitement expérimental

qui n’est pas une sinécure !

 

J’attrape des coups de soleil,

même quand il est en vacances !

Mon visage devient vermeil :

photosensible haute fréquence !

 

Je suis recouvert de boutons

de diverses catégories,

de quoi ouvrir dans le canton

une chaîne de merceries !

 

Ça me picote de partout

et la nuit cela me réveille,

sur la face et sur le caillou :

les coups de soleil de la veille !

 

Quand je me lève le matin,

qu’une belle journée s’annonce,

je repars vite dans mon coin :

à plein de choses je renonce :

 

Dur pour la pêche et le vélo,

pour le jardin, pour les balades,

pour les visites de châteaux,

sans mes six couches de pommade !

  

J’ai l’estomac bien détraqué :

ça me pèse et j’ai des brûlures !

Vous seriez très mal éduqués

de vous fiche de ma figure !

 

Il y a pire, c’est le goût :

les aliments sont insipides !

Je me nourris avec dégoût :

mes repas deviennent arides !

 

Un bon whisky ou un porto,

un succulent filet de lotte,

une saucisse de Morteau,

une bavette à l’échalote,

une cerise sur gâteau

ou encore une île qui flotte :

j’évite d’aller au resto,

tout est mauvais, même la flotte !

  

Un grand bordeaux millésimé

ou un chablis de bonne garde,

sont aussi doux à mon palais

que le litron d’une pocharde !

  

Je sais qu’il faut classer tout ça

dans les effets indésirables,

mais c’est loin d’être la nouba :

j’aspire aux jours plus favorables !

 

J’ai bien assez de volonté

pour poursuivre cette expérience,

mais sans avoir l’absurdité

de ne plus jouir de l’existence !

 

Je n’ai pas pour apostolat

la notion de vivre pour vivre,

cela ne m’intéresse pas :

il faut savoir fermer un livre.

 

Passer mes jours à vivoter

pour faire durer ma carcasse,

ce n’est pas ma tasse de thé :

ou bien ça passe ou bien ça casse !

  

Je vais laisser du temps au temps

pour corriger tous ces problèmes,

peut-être bien la fin de l’an

mais pas jusqu’à la mi-carême !

  

 Cela pour dire  - et je suis clair !-

banco si cela s’améliore,

sinon je la joue au poker

… tiens, je me mets aux métaphores !

 

Heureusement j’ai le soutien

du premier cercle de famille :

de mon épouse au quotidien,

de mes enfants : pas de bisbille !

 

Pour le second, c’est fluctuant,

mais il n’y a pas surprise,

ceux qui communiquaient avant

sont toujours là : pas de traîtrise !

 

Le reste suit d’un peu plus loin,

une attitude assez normale,

finalement … pas plus pas moins

que vous et moi : chose banale !

 

Pour les amis, rien de changé

les vrais restent toujours les mêmes,

pour les autres c’est mitigé :

la liste doucement s’écrème !

 

Mais il est arrivé aussi,

j’y tiens, il faut que je le dise,

qu’un voisin me demande si

cela va mieux : belle surprise !

 

Quelqu’un m’a dit : « Il faut prier ! »

mais pour moi c’est problématique :

quel dieu vais-je m’approprier ?

Comment choisir le bon cantique ?

 

Quand je vois dans les hôpitaux

les quartiers réservés aux mômes,

moi je me dis tout aussitôt :

« les dieux exercent sans diplômes ! »

 

Mieux vaut compter sur les toubibs

quelque puisse être son prénom,

Ivan, Josué, Pierre ou Habib,

c’est plus sûr qu’une religion !

 

Mieux vaut être dans un pays

plutôt riche et démocratique

que pauvre et sous le joug maudit

d’un gouvernement despotique !

 

Encore que pour les USA,

si ta bourse n’est pas bien pleine,

tu peux crever sans que cela,

le moins du monde, ne les gênent !

 

Mais revenons à nos moutons,

c’est à dire à mes métastases,

il faut gérer le feuilleton

dans l’attitude et dans les phrases !

 

Je tente d’être à la hauteur :

j’ai toujours été philosophe,

quelle sera, en tant qu’auteur,

mon ultime et dernière strophe ?

 

Car …

 

Car à la grande tombola

de la vie sans mettre de mise,

j’ai gagné, c’est pas la fiesta,

quelque chose qui me défrise !

 

 

                           Pierre DUPUIS

 

 

 

Ce poème n’est pas de la fiction …il est bien d’actualité, hélas !

Tout a commencé au mois d’Octobre dernier ( donc 2009 )

Ceux qui suivent mon blog régulièrement ont pu remarquer quelques «  Blog en pause » inhabituels … et pour cause !

A part cela  - et mes billets d’humour le prouvent ! -  le moral est toujours bon !

Comme dit la fille d'un ami: « Il ne faut pas pleurer avant d’avoir vraiment mal ! »

 

Et le Rotpier d’ajouter : « Et pis c’est tout ! »

 

Pierre et Rotpier

  

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G


A ta place, je n'attendrais pas : il est du ressort de ton généraliste de faire un tel diagnostic et de prescrire un anti mycotique ...


Bon appétit !!!






Répondre
R


 


Bonjour Glorfindel !


 


Les grands esprits se rencontrent !


Juste avant de prendre connaissance


de ton com., je venais d’appeler mon toubib !


Je le vois demain matin.


 


Merci encore, ô toi grand toubib du net !


 


Et pis c’est tout !


 


Bonne journée,


 


Le Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com




G


Curieusement, et après vérification soigneuse,


"innomable" prend 2 "m" comme dans :


INNOMMABLE !









Répondre
R


 


Bonsoir Glorfindel !


 


Les deux « n » et les deux « m »,


cela doit être pour souligner


l’importance du mot  « innommable » !


 


Et pis c’est tout !


 


Bonne soirée,


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com


 



G


Cette ennuyeuse dysgueusie (c'est le nom donné par la Faculté à tes troubles de la gustation) est souvent due à une Candidose digestive, maladie à Champignon microscopique (Candida
albicans) qui s'installe à la faveur de tel ou tel traitement chez les patients atteints de trucs emmerdants (j'ai connu ça, et ça venait des antibiotiques); ça te fout par terre ce qui te reste
de vie, parce que manger des machins innomables et boire du vinaigre, ce n'est pas la joie .... Alors, si tu as la langue (et tout l'intérieur de la bouche) rouge vernissée, avec ou sans des
plaques blanches comme des squames de peau, consulte : si c'est bien ça, ça se traite et c'est mieux de s'éclater à table ....


Bonne fin de journée, Ami "Auvergnat" !



Répondre
R


 


Bonsoir Glorfindel !


 


Après ton com., le premier qui me dit 


que les blogs ne servent pas à grand-chose :


je l’étripe à la mode de Caen !


 


Une consultation à distance avec


 un éclairage pertinent et le tout gratos


ce n’est quand même pas sous les


sabots d’un cheval que l’on trouve cela !


 


Merci beaucoup, je vais voir cela au CHU


lors de mon prochain contrôle technique !


 


Pas plus tard que mercredi en huit !


 


Encore merci docteur !


 


Et pis c’est tout !


 


Bonne soirée,


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com