Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Trois pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

3 Octobre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Observation : 

Le premier est recyclé, le second et le troisième sont tout frais ! Date de fraîcheur garantie : c'est un engagement du Rotpier  😉😊😄

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

Il est un peu tordu ... comme le Rotpier !  ( 2 jeux de mots ! )

 
1ère ligne, 2ème image : elle tombe ! Dernière image : quand on meurt, elle s'envole parait-il ?
2ème ligne : l'articulation entre le " M " et le " L " n'est pas très facile ... j'ai aimé vous le signaler !
3ème ligne, 2ème image et en direct : " bi " !
4ème ligne, 2ème image : objet servant un tromper, ici c'est un poisson carnassier qui le sera ! 
6ème ligne, 1ère image : attention, passage de  "  - - - - - "  ( pas comme dans mes rébus hein ! ) 2ème image : synonyme de "reluquer" conjugué au présent de l'indicatif !  
7ème ligne, 1ère image et en direct : " ti " ! 4ème image : le mec a une sacrée "  - - - - " ... et pis c'est tout !
8ème ligne, 1ère image :le mec a une sacrée " - - - - "  ... et pis c'est tout !
9ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ?
10ème ligne, 2ème image : des poches de  " - - - - " pour sauver des vies ! 
11ème ligne, 2ème image: le petit ramoneur est tout "  - - - - " !
 

Et pis c'est tout !  

A vous de jouer ! Après, vous pourrez aller à la messe voir si vous en voyez, encore qu'elles se font de plus en plus rares ! N'oubliez pas d'aller à confesse, vous en avez certainement nécessité ! Je termine et j'y vais directement ! 

 

Réponse :

Je n’ai jamais aimé les bigotes et leurs chapelets. Mon vieux matou, un brave minou pas pelé du tout, acquiesce mais je sens bien que ça lui fout les boules !

 

     Nota: Les jeux de mots : " chapelet "  et " chat pelé"   +  "acquiesce " et " boules "  ... vous m'avez bien entendu ou vous avez oublié de les enlever ? 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

C'est un rébus court et pas trop cochon !

 😂

 

 

rebus 713 (1)

rebus 713 (2)

 

Bon déchiffrage !   😄 

 

 

Réponse :

Qui vivra verra : c’est la devise des petits cochons pour en devenir des gros !

 

xxxxxxxxxxxxxxx

Comme ils sont très courts, je vous en offre un troisième en bonus-bis et toujours sans aide  pour  les accros !

C'est un rébus que certains trouveront débile et d'autres poétique : à chacun sa tasse de thé !

 😂

          Juste une indication : 3èmeligne, 3ème image : Cupidon est le dieu de l'  - - - - - !  ( J'ai entendu dire que des femmes se faisaient siliconer pour avoir des fesses rebondies et que leur surnom étaient: " Les culs bidons " ! Je ne sais pas si c'est vrai mais il s'agit d'une toute autre histoire ! )

 

rebus 714 (1) 

rebus 714 (2)

Bon déchiffrage et buvez ce qu'il vous plait !   😄 

 

 

Réponse :

Je m’interroge : est-ce qu’une vache amoureuse d’un pivert donne du lait-menthe ?

 

xxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Qu'il dit l'animal ! 

 

Lire la suite

Léo Ferré "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

2 Octobre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 

Léo Ferré :

 « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

 

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
A quoi bon puisque c'est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays.

Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien

Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un cœur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.

Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton cœur
Un dragon plongea son couteau

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite
<< < 1 2 3