Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le poème du jour: "Les baveux" de ... Pierre

13 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Préambule :

Du verbiage à la médisance il n’y a qu’un pas que certains franchissent allègrement histoire de continuer à clabauder. Je suis certain que ce sonnet-pamphlet augmenté vous rappellera quelques personnes dont vous avez connaissance et auxquelles cette épithète irait comme un gant !

Le proverbe de circonstance :

Verbiages et commérages sont les mamelles de la médisance.

 

Les baveux

Image du net

 

Les baveux,

 

Parler pour ne rien dire ou bien alors si peu

Voilà ce qui me fâche et me rend très acerbe

Multiplié par deux dans le vers et le verbe

Quand j’entends près de moi clabauder des baveux !

 

Ça dégoise à tout va, c’est du à qui mieux mieux,

Si ça ne suffit pas on force sur l’adverbe,

Au niveau du cancan ça frôle le superbe :

De futile au départ cela devient douteux !

 

Et puis on en rajoute à grand coup d’hypothèses,

Les langues comme fouet montent la mayonnaise :

L’amalgame devient vraiment diffamateur.

 

Je dénonce cela  - je sais c’est casse-gueule ! -

pour une fois c’est moi qui serais délateur :

« Arrêtez les baveux, fermez enfin vos gueules ! »

 

             Epilogue :

Voila c’est balancé j’arrête ma diatribe

Pour ne pas déraper comme les sus cités,

Mais je ne doute pas que je vais susciter

Une réprobation dont j’aurais quelques bribes !

 

                                                  Pierre Dupuis

 

Préambule :

Du verbiage à la médisance il n’y a qu’un pas que certains franchissent allègrement histoire de continuer à clabauder. Je suis certain que ce sonnet-pamphlet augmenté vous rappellera quelques personnes dont vous avez connaissance et auxquelles cette épithète irai comme un gant !

Le proverbe de circonstance :

Verbiages et commérages sont les mamelles de la médisance.

 

Les baveux

Image du net

 

Les baveux,

 

Parler pour ne rien dire ou bien alors si peu

Voilà ce qui me fâche et me rend très acerbe

Multiplié par deux dans le vers et le verbe

Quand j’entends près de moi clabauder des baveux !

 

Ça dégoise à tout va, c’est du à qui mieux mieux,

Si ça ne suffit pas on force sur l’adverbe,

Au niveau du cancan ça frôle le superbe :

De futile au départ cela devient douteux !

 

Et puis on en rajoute à grand coup d’hypothèses,

Les langues comme fouet montent la mayonnaise :

L’amalgame devient vraiment diffamateur.

 

Je dénonce cela  - je sais c’est casse-gueule ! -

pour une fois c’est moi qui serais délateur :

« Arrêtez les baveux, fermez enfin vos gueules ! »

 

             Epilogue :

Voila c’est balancé j’arrête ma diatribe

Pour ne pas déraper comme les sus cités,

Mais je ne doute pas que je vais susciter

Une réprobation dont j’aurais quelques bribes !

 

                                                  Pierre Dupuis

 

Lire la suite

La fable du jour : " La petite chatte imprudente, " de ... Rotpier

11 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable

 

Puisque nous sommes presque à la mi-août, je vous propose une histoire de chatte... en tout bien tout honneur, vous me connaissez !

Chatte.jpg Image du net

 

Fable à l’intention des jeunes chattes

ou … des jeunes filles !

 

 

La petite chatte imprudente,

 

 

Trois matous en goguette,

un tantinet voyous,

se rinçaient les mirettes

en matant les ébats fous

d’une jeune minette.

 

La jeune chatte,

un joli petit lot super bath,

jouait avec ses pattes,

les enroulant autour de son cou.

Du coup,

la belle, pourtant tout à fait innocente,

prenait des positions indécentes

qui émoustillaient

les matous voyous !

 

Trop occupée à ses galipettes,

notre jeune minette

vit trop tard le trio de fripons

qui la coinça dans un buisson !

 

Et, ce qui devait arriver arriva :

ils lui firent trois fois … le coup du chat !

Trois à l’envers, trois à l’endroit !

    

              Moralité :

 

Une petite chatte

- encore plus si elle est bath ! -

doit bien surveiller ses gestes

pour ne pas finir

sous les reins lestes

des joyeux matous !

A retenir,

un point c’est tout ! 

 

 

                                        Rotpier

  

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

10 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Lire la suite

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

9 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

.

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 354 (1)

rebus 354 (2)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
         C’est un rébus court que je vais aller vérifier sur place dans 3 semaines ! 
 

2ème ligne, 2ème image : synonyme de car !  

3ème ligne, 1ère image: quand son nez s'allonge, il "  - - - - " !  ... quand c'est son zizi, on ne sait pas ... c'était juste une précision ! Dernière image : il parait qu'il est cocu le chef de ce lieu ! 

4ème ligne, 1ère image : un diagramme de "- - - " ... qui n'est pas fait pour les ânes ! 3ème image : ce n'est pas un garçon !

5ème ligne, 2ème image: 5 centimes d'euro, ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " !  3ème image : Eole est le dieu du " - - - - " comme le Rotpier est le dieu des rébus ... toute modestie mise à part ! Dernière image : un "  - - - " de sable ou une femme laide !

 6ème ligne: le personnage fait comme une petite statue de Bruxelles dans le quartier St Jacques !

          7ème ligne, dernière image : c'est la marque du célèbre petit beurre qu'il faut retenir !

Dernière ligne, 1ère image : poisson plat ou ... tais-toi le Rotpier, ne sois pas mal embouché !

 

Bon, comme il est court, j'ai brodé un peu sur l'aide !

Et pis c'est tout !

J'espère que vous n'allez pas faire banquette !

 

Réponse :

Il paraît qu’à Aubusson, par manque de garçons, les filles font souvent tapisserie... sauf les plus délurées !

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Georges Moustaki et Barbara: " La longue dame brume " ... les chansons ou les musiques que j'aime ... Rotpier

8 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !
 Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

 

" Barbara et Georges Moustaki" 

 

"La longue dame brune"

  

 
 

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Si jamais elle l'entend un jour, elle saura
Que c'est une chanson d'amour pour elle et moi.

Je suis la longue dame brune que tu attends.
Je suis la longue dame brune et je t'entends.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
Ta guitare, orgue de fortune, guide mes pas.

Pierrot m'avait prêté sa plume ce matin-là.
A ma guitare de fortune j'ai pris le la.
Je me suis pris pour un poète en écrivant
Les mots qui passaient par ma tête comme le vent.

Pierrot t'avait prêté sa plume cette nuit-là.
A ta guitare de fortune, tu pris le la,
Et je t'ai pris pour un poète en écoutant
Les mots qui passaient par ta tête comme le vent.

J'ai habillé la dame brune dans mes pensées
D'un morceau de voile de brume et de rosée.
J'ai fait son lit contre ma peau pour qu'elle soit bien,
Bien à l'abri et bien au chaud contre mes mains.

Habillée de voile de brume et de rosée
Je suis la longue dame brune de ta pensée.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
A travers les monts et les dunes, j'entends ta voix.

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Je sais qu'elle l'entendra un jour, qui sait demain,
Pour que cette chanson d'amour finisse bien.

Bonjour, je suis la dame brune, j'ai tant marché.
Bonjour, je suis la dame brune, je t'ai trouvé.
Fais-moi place au creux de ton lit, je serai bien,
Bien au chaud et bien à l'abri contre tes reins.

 

 
 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Grand angle sur le poème du jour : " Objectif : photos ! " de ... Pierre

6 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

.

Attention les amoureux ! En vacances, soyez discrets !

 

Ne bougez plus ......... clic clac !

 
 
 

 

Photo de Jean-François Simon

 

 

Objectif : photos !

 

Allez-y les mouflons ,

allez-y les linottes

Faites de jolis bonds,

lancez de belles notes !

 

Nous sommes à l’affût,

en ordre de bataille,

les diaphragmes tendus

et quelque soit la taille !

 

Protégés du soleil

nos objectifs espionnent,

tous les sens en éveil :

que la photo soit bonne !

 

Et vous les amoureux,

trouvez bonne cachette,

un cliché sulfureux

peut faire une manchette !

 

A moins qu’une photo

jamais ne vous dérange,

pour la bête à deux dos :

préférez une grange !

                               

                                              Pierre Dupuis

 

Lire la suite

La légende du jour : "La sulfureuse légende de Verneiges" de ... Rotpier !

4 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Bonjour à tous !
Comme à la fin du mois je vais retourner en vacance dans la région (  un peu plus bas ! ) pas pour me soigner d'une vilaine maladie mais pour me reposer,  je vous propose de lire ou de relire une légende composée sur place.
Je compte sur vous pour compléter la formule magique !
Si par nécessité vous avez besoin de l’adresse exacte, n’hésitez pas à me la demander !

 Verneiges (1)

Localisation dans la Creuse 

Verneiges (2)

Localisation plus précise avec le nom de la petite rivière: la Verneigette

 ( Propice à un joli contrepet ... qui m'est venu spontanément ! )

 

Vieille maison (la légende de Verneige)

Image du net

A Verneiges, charmant petit village au nord-est de la Creuse.

 

La sulfureuse légende de Verneiges

ou

Les propriétés cachées de la Verneigette

 

          Préambule :

J’ai la faculté de percer

les anciens secrets des campagnes,

des bords de mer et des montagnes :

je me suis longtemps exercé.

 

Vous allez peut-être tiquer

mais il n’y a pas de mensonge,

tout cela relève du songe

… un songe assez alambiqué !

 

            La légende :

Il y a longtemps de cela

dans un village de la Creuse

une légende sulfureuse

se fabriqua et s’installa.

 

Il y avait une maison

où vivait une vieille femme

que l’on aurait jetée aux flammes

sans la moindre des oraisons !

 

Toutes les femmes alentour

médisaient d’elle après la messe,

sur les marchés et les kermesses

tenant de venimeux discours !

 

Accusée de jeter des sorts

alors qu’elle était guérisseuse

d’une maladie dite honteuse

qui s’attrapent lors des rapports.

 

C’était un modeste logis

à deux pas de la Verneigette,

petite rivière sujette

à sortir parfois de son lit.

 

Son eau claire avait le pouvoir

de soigner la blennorragie,

une très sale maladie

que l’on chope sans le savoir !

 

Bien d’autres noms lui sont donnés :

chaude lance, pécole ou chtouille,

mais c’est la même qui gratouille

tous ceux qui se font couillonner !

 

( Pour ménager les puritains

j’ai choisi une rime en « ouille »

sans « C » pour éviter la brouille :

je suis un sage c’est certain ! )

 

La vieille gardait le secret

car il assurait sa pitance,

tous ses moyens de subsistance

et aussi ses dons aux pauvrets.

 

Des bourgeois venaient de fort loin,

même des gens de la noblesse,

ce qui prouve que pour les fesses

les barrières n’existent point !

 

Et pour eux c’était le prix fort

leurs bourses étaient bien garnies

… pas celles là ! Je vous en prie !

Vous allez me causer grand tort !

 

Pour les pauvres c’était gratuit

ou alors quelques victuailles,

un lapin ou une volaille

ou tout simplement un merci !

 

Et la vieille ne chômait pas :

souvent il y avait la queue !

Ils avaient tous une peur bleue

de devenir tout raplapla !

 

Un rituel très bien rôdé :

dans une très grande cuvette

remplie d’eau de la Verneigette

le gars plongeait tout le paquet !

 

Avec le sablier en main

- surtout pas plus de trois minutes ! -

au son d’une petite flûte

la panoplie prenait son bain !

 

Ensuite essuyage au plumeau

accompagné d’une formule

que je vous livre sans scrupule :

je sais que vous n’en direz mot !

 

             La formule :

 

« Oh ! Toi l’eau de la Verneigette,

soigne celui qui a fauté,

qui par malheur s’est trop frotté

à une fille peu proprette !

Car :

« Trempette dans la Verneigette :

quand on ressort la  - - - - -   - - -   - - - - ! »

             

        Développement :

 

( Deux consonnes à permuter

pour compléter ce bel adage

qui glissé dans un bavardage

déclenche un fou rire assuré !

 

Je vous laisse le déchiffrer,

c’est un contrepet très facile,

il n’est peut-être pas gracile

mais pas non plus des plus soufrés !

 

Très en avance sur son temps

elle avait, sans effronterie,

l’art de la contrepèterie

qui est souvent très percutant ! )

 

Vous avez tous les éléments

pour soigner une bonne chtouille

et si un copain se gratouille

aidez-le naturellement !

 

Une vigoureuse ablution

et c’est reparti de plus belle,

la médecine naturelle

est une bonne solution !

 

        Et … si l’on voyait plus loin ?

 

Pourquoi ne pas aller plus loin ?

Pensons à l’essor de la Creuse,

une bonne idée ça se creuse

et ça se peaufine avec soin !

 

Il se pourrait bien, pourquoi pas,

que les propriétés thermales

de la rivière sur les mâles

soient supérieures au Viagra ?

 

Verneiges-les-Bains sonne bien,

c’est un nom qui coule de source,

de quoi arrondir bien des bourses :

c’est l’avenir c’est certain !

 

Si jamais l’affaire se fait

n’oubliez pas mon pourcentage,

ce n’est pas du tout un chantage

mais j’ai horreur d’être refait !

 

J’avais un aïeul à Evaux

qui s’est fait avoir de première :

c’est lui qui a mis en lumière

les propriétés de ses eaux !

 

Il pensait se les faire en or

mais il était bien trop crédule

et fut la cible de crapules

qui l’ont roulé sans un remords !

 

Pour avoir l’exclusivité

de cette affaire très juteuse

- un nouvel élan pour la Creuse ! -

contactez-moi sans hésiter !

 

Pour l’heure je m’en vais tester

les données de mon hypothèse

et si j’en ressors très à l’aise

il sera temps de négocier !

 

 

                                Rotpier

 

Verneigette

Image du net

Bonjour à tous !
Comme à la fin du mois je vais retourner en vacance dans la région (  un peu plus bas ! ) pas pour me soigner d'une vilaine maladie mais pour me reposer,  je vous propose de lire ou de relire une légende composée sur place.
Je compte sur vous pour compléter la formule magique !
Si par nécessité vous avez besoin de l’adresse exacte, n’hésitez pas à me la demander !

 

Vieille maison (la légende de Verneige)

Image du net

A Verneiges, charmant petit village au nord-est de la Creuse.

 

La sulfureuse légende de Verneiges

ou

Les propriétés cachées de la Verneigette

 

          Préambule :

J’ai la faculté de percer

les anciens secrets des campagnes,

des bords de mer et des montagnes :

je me suis longtemps exercé.

 

Vous allez peut-être tiquer

mais il n’y a pas de mensonge,

tout cela relève du songe

… un songe assez alambiqué !

 

            La légende :

Il y a longtemps de cela

dans un village de la Creuse

une légende sulfureuse

se fabriqua et s’installa.

 

Il y avait une maison

où vivait une vieille femme

que l’on aurait jetée aux flammes

sans la moindre des oraisons !

 

Toutes les femmes alentour

médisaient d’elle après la messe,

sur les marchés et les kermesses

tenant de venimeux discours !

 

Accusée de jeter des sorts

alors qu’elle était guérisseuse

d’une maladie dite honteuse

qui s’attrapent lors des rapports.

 

C’était un modeste logis

à deux pas de la Verneigette,

petite rivière sujette

à sortir parfois de son lit.

 

Son eau claire avait le pouvoir

de soigner la blennorragie,

une très sale maladie

que l’on chope sans le savoir !

 

Bien d’autres noms lui sont donnés :

chaude lance, pécole ou chtouille,

mais c’est la même qui gratouille

tous ceux qui se font couillonner !

 

( Pour ménager les puritains

j’ai choisi une rime en « ouille »

sans « C » pour éviter la brouille :

je suis un sage c’est certain ! )

 

La vieille gardait le secret

car il assurait sa pitance,

tous ses moyens de subsistance

et aussi ses dons aux pauvrets.

 

Des bourgeois venaient de fort loin,

même des gens de la noblesse,

ce qui prouve que pour les fesses

les barrières n’existent point !

 

Et pour eux c’était le prix fort

leurs bourses étaient bien garnies

… pas celles là ! Je vous en prie !

Vous allez me causer grand tort !

 

Pour les pauvres c’était gratuit

ou alors quelques victuailles,

un lapin ou une volaille

ou tout simplement un merci !

 

Et la vieille ne chômait pas :

souvent il y avait la queue !

Ils avaient tous une peur bleue

de devenir tout raplapla !

 

Un rituel très bien rôdé :

dans une très grande cuvette

remplie d’eau de la Verneigette

le gars plongeait tout le paquet !

 

Avec le sablier en main

- surtout pas plus de trois minutes ! -

au son d’une petite flûte

la panoplie prenait son bain !

 

Ensuite essuyage au plumeau

accompagné d’une formule

que je vous livre sans scrupule :

je sais que vous n’en direz mot !

 

             La formule :

 

« Oh ! Toi l’eau de la Verneigette,

soigne celui qui a fauté,

qui par malheur s’est trop frotté

à une fille peu proprette !

Car :

« Trempette dans la Verneigette :

quand on ressort la  - - - - -   - - -   - - - - ! »

             

        Développement :

 

( Deux consonnes à permuter

pour compléter ce bel adage

qui glissé dans un bavardage

déclenche un fou rire assuré !

 

Je vous laisse le déchiffrer,

c’est un contrepet très facile,

il n’est peut-être pas gracile

mais pas non plus des plus soufrés !

 

Très en avance sur son temps

elle avait, sans effronterie,

l’art de la contrepèterie

qui est souvent très percutant ! )

 

Vous avez tous les éléments

pour soigner une bonne chtouille

et si un copain se gratouille

aidez-le naturellement !

 

Une vigoureuse ablution

et c’est reparti de plus belle,

la médecine naturelle

est une bonne solution !

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

3 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Lire la suite

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

2 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 353 (1)

rebus 353 (2)

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C’est un rébus court mais ... c'est les vacances ! ... C'est quand même un sévère !
 

2ème ligne, 1ère image : c'est ce qui n'est pas grisé qu'il faut prendre... et pis c'est tout !

3ème ligne, dernière image: le serpent fait toujours "s" !

4ème ligne, 3ème image : la sale bête pique et ça fait mal ! 

Dernière ligne, derère image: 5 centimes d'euro, ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " ! 

 

 

 Si vous êtes en vacances, prenez le temps de planter votre tente avant de vous mettre au travail !

Et pis c'est tout !

 

Réponse :

A part en camping un homo passe plus de temps derrière sa tente que dessous !

Avec bien sûr un petit jeu de mots avec tente et tante ! 

 

 Nota : Vous étiez prévenus que c’était un peu sauvage … j’espère que vous ne vous êtes pas plantés !

 

Qu'il dit l'animal !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 353 (1)

rebus 353 (2)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C’est un rébus court mais ... c'est les vacances ! ... C'est quand même un sévère !
 

2ème ligne, 1ère image : c'est ce qui n'est pas grisé qu'il faut prendre... et pis c'est tout !

3ème ligne, dernière image: le serpent fait toujours "s" !

4ème ligne, 3ème image : la sale bête pique et ça fait mal ! 

Dernière ligne, derère image: 5 centimes d'euro, ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " ! 

 

 

 Si vous êtes en vacances, prenez le temps de planter votre tente avant de vous mettre au travail !

Et pis c'est tout !

 

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Didier Barbelivien : "Elsa" ... ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

1 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

.
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

 

« Didier Barbelivien »

 

« Elsa »

 

La la lal la la lal la la lal la …

 

 

Elsa,

Elsa, les manèges de Berlin tournaient dans tes bras,
Elsa, la chanson des marins pleurait dans ta voix
Elsa, le soleil du matin s'allumait sur toi
Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu moitié lilas, la la la, la la la
Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
Je ne voyais plus que ça

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Sur ton visage en delta, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas.

Elsa, les violons des tziganes se battaient pour toi
Elsa, le sourire des nomades subissait ta loi
Elsa, les nuits de Schéhérazade se moquaient du froid
Elsa, dans mes longues promenades quand je pense à toi.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas.

Elsa, les manèges de Berlin tournent dans le froid
Elsa, la chanson des marins n'a plus rien de toi
Elsa, le soleil ce matin ne brille pas pour moi
Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
Je ne voyais plus que ça

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Sur ton visage en delta, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas, la la la, la la la

La la la la la la la la la la la la la la
La la la la la la la la la la la la la la

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite
<< < 1 2