Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

17 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

rebus 346 (1)rebus 346 (2)rebus 346 (3) 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus journalitico-gastronomique ! ... Bizarre, non ?  Avec bien sûr un petit jeux de mots ! 
 
2ème ligne, 1ère image : il peut être rouge ou pas ! 
3ème ligne, 2ème image : ce n'est pas un garçon !  3ème image : à scinder les deux sonorités du mot !
5ème ligne, 2ème image : ce n'est pas la nuit !
6ème ligne, 1ère image : un jeu de  " - - "  !  2ème image : lieu où l'on stocke des tonneaux !
7ème ligne, 1ère image : il est assis sur son trône !
8ème ligne, avant dernière image : la poésie, la peinture, la musique en sont !
9ème ligne, 2ème image : n'allez pas prendre le court !  3ème image : produit par le mûrier !  
1oème ligne, 2ème image : le serpent fait son " s " habituel !      3ème image et en direct : "u" ... cocotte !
Dernière ligne, 3ème image : le mec a choppé une sacrée " - - - -  "
 
Et pis c'est toux !
 
A vous de jouer mes petits canards !  
Moi, je vais acheter mes journaux ! 

 

Réponse :

Ne peut-on pas qualifier les querelles entre journaux de gauche et de droite de conflits de canards ? Que l’on soit du sud-ouest ou pas !

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Festival de cannes : ... les musiques que j’aime … de Rotpier

15 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo 

 

Cette fois-ci :
 

« Can Can »

 

Dans le cadre du festival de Cannes …

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Festival de Cannes, le poème du jour: "Festival de cannes à Cannes," ... de ... Rotpier !

14 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

On y va ?

Je recroisette les doigts !

Aurais-je une palme ?

 

Image du net

 

Festival de cannes à Cannes,

g

Sur le grand tapis rouge

une longue ascension

et des fesses qui bougent :

fais gaffe à ta tension !

b

Corps sculptés à la gouge

des totems ! … Attention !

Des milliers de peaux-rouges

sont en adoration !

b

Robes longues ou courtes :

on devine ou l’on voit !

Ça prolonge ou écourte

b

… ça s’écarte parfois !

Gambettes en arcanes :

vrai festival de cannes !

v

 

Image du net
 
 
 

Quand même plus joli que celui d'en dessous !

 

Festival de Cannes

 

 

Rotpier

Toujours aussi sonnet le Rotpier !

 

Déjà publié mais enrichi: de nos jours, en s'enrichit comme on peut ! 

Lire la suite

Mixité de couple: ça dérange ! Le poème du jour: "Trait d'union" de ... Pierre

12 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier

 

 

Je doute fort que ces quelques rimes fassent bouger les lignes car l’étroitesse d’esprit des personnes racistes confine à l’infini.

Mais qu’importe, nous sommes dans des temps où il est important de le marteler et de le remarteler sans relâche.

 

Pierre Dupuis

 

Image du net modifiée par mes soins

 

Trait d’union,

 

Ils avançaient en bavardant. Quand je dis « ils »,

il n’y avait qu’un « il » et … deux superbes « elles » !

Le « il » couleur café, bien tassé, du brésil !

Les « elles » : l’une blanche et l’autre cannelle !

 

Ils allaient de l’avant, main dans la main.

Papa, enfant, maman : une jolie palette

avec en son milieu le résultat certain

du mélange grand teint de peau de la fillette.

 

Papa couleur café,

maman au teint de lait,

un subtile mélange :

tant pis si ça dérange !

Un résultat parfait

couleur café au lait !

 

Le petit bout de chou était le trait d’union

entre deux êtres qui, en toute connaissance,

n’avaient pas hésité à vivre leur passion

sans se préoccuper des vieilles convenances !

 

Je me pris vite au jeu d’observer les regards

des gens qui les croissaient : édifiante expérience !

Des coups d’œil assez noirs, d’autres plutôt bâtards,

peu de salutations et beaucoup de défiance !

 

Mélange de pigments

dérange bien des gens

qui deviendraient acerbes

et perdraient leur superbe

s’ils croisaient en chemin

… leurs ancêtres lointains !

 

Car même si cela remonte à très longtemps

nos ancêtres éloignés étaient de bien des races :

nous sommes tous issus de divers croisements

n’en déplaise à tous ceux que ce fait embarrasse !

 

On peut bien s’affubler du terme « vrai gaulois »

comme d’autres rêvaient d’être de race aryenne,

on peut tout mépriser et se sentir les rois :

c’est méconnaître ou nier toute l’histoire ancienne !

 

Certains l’ont bien compris qui surfent là-dessus,

c’est leur produit d’appel, c’est leur fond de commerce !

Les gens ont oublié qu’un petit moustachu

a autrefois joué cette carte perverse !

 

Mélange de pigments

dérange bien des gens

qui deviendraient acerbes

et perdraient leur superbe

s’ils croisaient en chemin

… leurs descendants lointains !

 

 

                                     Pierre Dupuis

 

Je doute fort que ces quelques rimes fassent bouger les lignes car l’étroitesse d’esprit des personnes racistes confine à l’infini.

Mais qu’importe, nous sommes dans des temps où il est important de le marteler et de le remarteler sans relâche.

 

Pierre Dupuis

 

Image du net modifiée par mes soins

 

Trait d’union,

 

Ils avançaient en bavardant. Quand je dis « ils »,

il n’y avait qu’un « il » et … deux superbes « elles » !

Le « il » couleur café, bien tassé, du brésil !

Les « elles » : l’une blanche et l’autre cannelle !

 

Ils allaient de l’avant, main dans la main.

Papa, enfant, maman : une jolie palette

avec en son milieu le résultat certain

du mélange grand teint de peau de la fillette.

 

Papa couleur café,

maman au teint de lait,

un subtile mélange :

tant pis si ça dérange !

Un résultat parfait

couleur café au lait !

 

Le petit bout de chou était le trait d’union

entre deux êtres qui, en toute connaissance,

n’avaient pas hésité à vivre leur passion

sans se préoccuper des vieilles convenances !

 

Je me pris vite au jeu d’observer les regards

des gens qui les croissaient : édifiante expérience !

Des coups d’œil assez noirs, d’autres plutôt bâtards,

peu de salutations et beaucoup de défiance !

 

Mélange de pigments

dérange bien des gens

qui deviendraient acerbes

et perdraient leur superbe

s’ils croisaient en chemin

… leurs ancêtres lointains !

 

Car même si cela remonte à très longtemps

nos ancêtres éloignés étaient de bien des races :

nous sommes tous issus de divers croisements

n’en déplaise à tous ceux que ce fait embarrasse !

 

On peut bien s’affubler du terme « vrai gaulois »

comme d’autres rêvaient d’être de race aryenne,

on peut tout mépriser et se sentir les rois :

c’est méconnaître ou nier toute l’histoire ancienne !

 

Certains l’ont bien compris qui surfent là-dessus,

c’est leur produit d’appel, c’est leur fond de commerce !

Les gens ont oublié qu’un petit moustachu

a autrefois joué cette carte perverse !

 

Mélange de pigments

dérange bien des gens

qui deviendraient acerbes

et perdraient leur superbe

s’ils croisaient en chemin

… leurs descendants lointains !

 

 

                                     Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

9 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 rebus 345 (1)rebus 345 (2)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus très court ! Que tous participent : plus on est de fous et plus on rit ! 
 
1ère ligne, dernière image : la moitié de ce que regarde Titeuf !  
2ème ligne, 3ème image : il ne faut pas prendre le fils ! 4ème image : quelqu'un  "- - - - - " ... au présent !
3ème ligne, 3ème image : il est assis sur son trône ! 
4ème ligne, 4ème image : endroit où elle broute !
5ème ligne, 1ère image : c'est la teuf !    Dernière image : pièce d'échec ! 
 
Et pis c'est tout !
 
A lundi après-midi car je pars à Paris !
 

Réponse :

Donner l’asile à des personnes qui y ont droit c’est bien mais après que fait-on des fous ?

 

 

Ce court séjour a été excellent ! Il faisait très beau à Paris ce matin et, coup de chance, le périphérique n’était pas trop bloqué. Le stade de France est toujours à la même place !

 

Qu'il dit l'animal !

 

 

Lire la suite

Nicoletta : "Il est mort le soleil" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

9 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Nicoletta »

« II est mort le soleil »

 

J’espère que non, même si je suis

un peu fâché avec !

 

 

Il est mort,


Il est mort,

Il est mort, le soleil
Quand tu m'as quittée
Il est mort, l'été
L'amour et le soleil,
C'est pareil.

Il est mort,
Il est mort, le soleil
Mais je suis la seule à porter le deuil
Et le jour ne franchit plus mon seuil.

Hier, on dormait sur le sable chaud
Hier pour nous il faisait beau
Il faisait beau même en hiver
C'était hier

Il est mort,
Il est mort, le soleil
L'ombre est sur ma vie,
Dans mon cœur, la pluie
Et mon âme s'habille de gris.

Hier, la couleur que j'aimais le mieux
C'était la couleur de tes yeux
C'était la couleur de la mer
C'était hier.

Il est mort,
Il est mort, le soleil
Quand tu m'as quittée
Il est mort, l'été
L'amour et le soleil,
C'est pareil,
Il est mort, le soleil.
 

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Confessez-vous et allez en paix, même avec les pires péchés sur la conscience ! Le poème du jour : "Confession peu banale d’un vieux … confessionnal ! " de ... Pierre !

6 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Vous avez tué, torturé, violé,

volé, mais vous vous êtes confessés :

allez-en paix mes frères,
vous êtes ... pardonnés !

  

Et, si vous l'avez fait au nom de votre dieu,

vous serez sanctifiés !

 

 
 
 

Sur une superbe photo de Marie Lecorre :

 

Confession peu banale

d’un vieux … confessionnal !

 

Si je suis tout en bois,

je ne suis pas de bois !

Je vous dirais ma foi

que j’ai perdu la foi !

 

Abritant en confesses

de drôles de bougresses

oscillant en souplesse

entre messes et fesses :

 

J’ai fini - je le dis ! -

par être très instruit

sur les grands interdits

touchant au bigoudi !

 

Ah ! j’en ai vu passer

quelques uns de curés !

Célibat enduré

ou bien lit partagé !

 

Dame de compagnie,

simple bonne ou amie ?

carrément bonne amie,

dans le lit endormie !

 

Presbytère occupé

par rejetons d’abbé :

pas généralité

… pas non plus rareté !

 

Des bouffeuses d’hosties

hantant les sacristies,

oeillades garanties

pour de fines parties !

 

« Mon mari est absent

pour un travail pressant :

le lit est bien trop grand

et je m’ennuie dedans ! »

 

Et voilà - rebelote ! -

l’ aquicheus’ de calotte

mini jup’ ras de motte

avec ou sans culotte !

 

Mais les péchés de cœur

sont pour moi des liqueurs

quand j’entends les horreurs

de certains dits - d’honneur ! -

 

Le cul a ses faiblesses

et quand les mains caressent

d’un peu trop près les tresses

ça glisse vite aux fesses !

 

De tout ça j’en rigole :

ce n’est que gaudriole !

Ce qui vraiment m’affole

c’est les types qui violent !

 

Venez tous les pécheurs !

Venez tous les tricheurs

Venez les débaucheurs

et aussi les violeurs !

 

 

Venez en ribambelle,

la repentance est belle !

Quelques soient les gamelles :

virginité nouvelle !

 

Venez tous les banquiers,

tous les grands financiers,

les plumeurs d’ouvriers :

vous serez pardonnés !

 

Venez les politiques,

c’est le coté pratique :

promesses mirifiques

et … pas d’autocritique !

 

Venez les malfaiteurs,

venez les dictateurs,

tous les exécuteurs,

les bourreaux, les tueurs !

 

Venez en ribambelle

la repentance est belle !

Deux sous dans la coupelle

et la vie éternelle !

 

Deux pater, trois avé

« merci Monsieur l’ curé,

ça va mieux vous savez

depuis qu’ j’ai plus d’ péchés ! 

 

Allez, à la prochaine,

ma croyance est certaine,

je viendrai en neuvaine :

c’est vraiment une aubaine ! »

 

Et moi tous ces aveux

me rendent cafardeux

et plus d’un jour sur deux

je me foutrais le feu !

 

Les flammes seraient belles,

terminé les chapelles,

les vieilles, les nouvelles

qui poussent en kyrielles !

 

Toutes les religions

accordent le pardon

sur simple invocation

et repentir bidon !

 

Halte à l’hypocrisie !

Halte aux fautes blanchies !

A bas les homélies

et autres conneries !

 

Je voudrais m’immoler

pour que le monde entier

arrête de prier

des dieux tous inventés !

 

Pour certains bien pratique

pour asseoir leurs boutiques

qu’elles soient politiques

ou des plus mercatiques !

 

Les sermons orientés,

les versets détournés,

les peuples abusés

par des prêcheurs roués !

 

Je n’en peux plus de vivre,

de tout ça j’en suis ivre

je veux qu’on me délivre :

je veux fermer le livre !

 

Le seul dieu : c’est la loi,

que l’on soit humble ou roi !

C’est à ce prix, je crois,

que reviendra ma foi

 

en … les hommes !

 

 

                                        Pierre Dupuis

 Déjà publié !

Lire la suite

" Les raboteurs de parquet," : un poème de ... Pierre d'après le tableau de Gustave Caillebotte

4 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Je vous propose aujourd’hui un poème écrit à partir du tableau de Gustave Caillebotte : « Les raboteurs de parquet »

 Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Raboteurs_de_parquet

 

 

 

Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte

Image du net

Liminaire :

 Et ça rabote et ça rabote

Sous l’œil expert de Caillebotte

Qui mémorise les détails

De ces compagnons de travail.

 

.

Les raboteurs de parquet,

 

A genoux couverts de sueur,

torses nus sur corps athlétiques,

longs bras aux muscles élastiques,

ils s’activent les raboteurs.

 

Outils tranchants comme rasoirs

manipulés de main de maître,

que ce soit du chêne ou du hêtre

le parquet geint sous les racloirs !

 

De brut et rugueux au départ

il devient de plus en plus lisse,

bientôt sur lui les outils glissent :

il devient plan comme billard !

 

Dans la pièce flotte une odeur,

un composé âcre et hybride

de sueur et de bois acide

ne gênant pas les travailleurs.

.

D’un naturel plutôt taiseux,

les conversations sont très rares,

leur besogne les accapare :

ils gardent leur souffle pour eux.

 

Du vin est à portée de main,

ils en partagent les bouteilles,

pas un nectar de bonne treille

mais du gros rouge à fort tanin !

 

La chaleur et les gros efforts

font que parfois ils en abusent,

la fin de journée est confuse :

le travail avance moins fort !

 

Le lendemain ils seront là

prêts à recommencer leur tâche

douze heures par jour, sans relâche,

pas loin d’un travail de forçat !

 

Les genoux le dos et les bras,

le soir, ne sont plus que brûlures,

ce n’est pas une sinécure

que ce travail la tête en bas.

 

Quand la tâche est menée à bien

 et que l’on voit le parquet lisse,

on dit : « c’est un travail d’artiste

ces hommes sont des magiciens ! »

 

Ils repartiront autre part,

d’autres demeures les attendent,

on ne manque pas de commandes

quand on maîtrise à fond son art !

 

A jamais immortalisés

par le pinceau de Caillebotte

ils sont toujours là qui rabotent

le geste lent et maîtrisé.

 

                                               Pierre Dupuis

 

Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte

Image du net

Liminaire :

 Et ça rabote et ça rabote

Sous l’œil expert de Caillebotte

Qui mémorise les détails

De ces compagnons de travail.

Les raboteurs de parquet,

 

A genoux couverts de sueur,

torses nus sur corps athlétiques,

longs bras aux muscles élastiques,

ils s’activent les raboteurs.

 

Outils tranchants comme rasoirs

manipulés de main de maître,

que ce soit du chêne ou du hêtre

le parquet geint sous les racloirs !

 

De brut et rugueux au départ

il devient de plus en plus lisse,

bientôt sur lui les outils glissent :

il devient plan comme billard !

 

Dans la pièce flotte une odeur,

un composé âcre et hybride

de sueur et de bois acide

ne gênant pas les travailleurs.

.

D’un naturel plutôt taiseux,

les conversations sont très rares,

leur besogne les accapare :

ils gardent leur souffle pour eux.

 

Du vin est à portée de main

et ils partagent les bouteilles,

pas un nectar de bonne treille

mais un gros rouge à fort tanin !

 

La chaleur et les gros efforts

font que parfois ils en abusent,

la fin de journée est confuse :

le travail avance moins fort !

 

Le lendemain ils seront là

prêts à recommencer leur tâche

douze heures par jour et sans relâche

pas loin d’un travail de forçat !

 

Les genoux le dos et les bras,

le soir, ne sont plus que brûlures,

ce n’est pas une sinécure

que ce travail la tête en bas.

 

Quand la tâche est menée à bien

 et que l’on voit le parquet lisse,

on dit : « c’est un travail d’artiste

ces hommes sont des magiciens ! »

 

Ils repartiront autre part,

d’autres demeures les attendent,

on ne manque pas de commandes

quand on maîtrise à fond son art !

 

A jamais immortalisés

par le pinceau de Caillebotte

ils sont toujours là qui rabotent

le geste lent et maîtrisé.

 

                                               Pierre Dupuis
Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

4 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

3 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones ! 

 

 rébus 344 (1)rébus 344 (2)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est une grosse ... que dis-je, une énorme, une éléphantesque connerie du Rotpier !
 
1ère ligne, dernière image : celle-ci, au regard de celle évoquée dans ce rébus, est plutôt mince !
2ème ligne, 2ème image : la sale bête pique et provoque la piroplasmose chez les chiens et les autres animaux domestiques et toc !  3ème image, en direct : "U" ... cocote ! ( l'autre aussi ! )
3ème ligne, 3ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - -  " !   (l'autre aussi ! ) Quand c'est autre chose, est-ce le Viagra ?
6ème ligne, 1ère image :  poisson plat ! 2ème image : seconde partie du refrain d'une chanson d'Antoine !  Dernière image : le gars est très " - - - - " !
8ème ligne, 2ème image : c'est la marque du célèbre petit beurre nantais qu'il faut prendre ! Attention pour la 3ème image, il faut attacher la voyelle à la 2ème image et le reste à la 4ème ! ... Je vous l'ai bien ficelée l'explication ?
9ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre la fille ! 2ème image : l'assassin "  - - - " conjugé au présent !  Dernière image : on y trouve parfois, gravé, des cœurs percés d'une flèche !  J'aurais pu remplacé les deux dernières images de cette ligne par un tas d'excréments !
 
Et pis c'est tout !
 Il est court et assez facile mais pas piqué des hannetons !   J'espère que vous n'allez pas vous tromper !  
 

Réponse :

Est-ce qu’une femme particulièrement adipeuse remue les oreilles et barrit fortement quand on lui ligature les trompes ?

 

C’était sauvage mais je vous avais prévenu !

 

Je vous mets un lien vers le blog de l’ami Durdan qui a donné la réponse à sa manière :  http://durdan.eklablog.com/rebus-d-apres-rotpier-a117525278

 

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>