Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

11 Août 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 255 (1)

rebus 255 (2)

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

C'est une grosse connerie du Rotpier !
 1ère ligne, 4ème image : le mec n'est pas moche !       Dernière image : n'en faites pas  "- - " !
 3ème ligne, 1ère image : en haut du mat d'un ancien voilier ! 3ème image, en direct : "vie" !
4ème ligne, 2ème image, en direct : "U" ! Dernière image : lieu où se tiennent encore des marchés de nos jours !
7ème ligne, dernière image : le serpent fait toujours "se" !

 Et pis c'est tout !

PS : Les gens du Nord apprécieront cette affirmation !

 

Réponse :

La colombophilie n’est pas une déviance sexuelle à l’encontre des pigeons, qu’on se le dise !

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

Lire la suite

Les Pierres Jaumâtres ... un délire poétique du ... Rotrpier !

7 Août 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Bonjour à tous !

Je vous propose un 3ème devoir de vacances dans la Creuse !

J'ai brodé à partir de cela :

Les Pierres Jaumâtres, situées au sommet du mont Barlot (altitude 591 m), sur la commune de Toulx-Sainte-Croix, sont un amas granitique comme on peut en rencontrer plusieurs dans le département de la Creuse, notamment au lieu-dit Rigole du diable. Elles constituent un site naturel classé en 1927.

Ces amas rocheux sont appelés tors ou chaos granitiques. Ils correspondent à des noyaux de roche très massifs qui ont résisté à l’érosion intensive auQuaternaire froid, entre -100 000 et -10 000 ans. Sous l'action des pluies, du gel et du vent, les parties décomposées de la roche ont été déblayées entraînant un étrange empilement de blocs rocheux plus résistants. Des cannelures, des sillons verticaux et des vasques ont donné à ces blocs des formes étranges qui ont attiré des légendes pour expliquer leurs formations. Des noms ont été donnés aux pierres les plus étonnantes : la Bascule, l’Oratoire, les Pains de sucre, le Siège, la Grenouille, le Berceau du Diable…

Au début du xixe siècle, l'homme politique et historien Jean-François Barailonprétend que ces pierres ont été sculptées par des druides gaulois pour y célébrer des cultes « mystérieux et sanglants ». Cette théorie, populaire à l'époque, sera réfutée par Prosper Mérimée puis Pierre de Cessac.

George Sand a situé aux Pierres Jaumâtres son roman Jeanne (1844).

Au milieu du plateau une pierre pyramidale surmontée d'une boule, peut figurer une forme humaine et comme nous sommes proches du Berry et de ses diableries, ce lieu est bien sûr lié à une légende.

 Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierres_Jaum%C3%A2tres

LES FEES DES PIERRES JAUMATRES

En plus de leurs dieux guerriers les Gaulois avaient de nombreuses divinités locales : les DEESSES-MERES qui regroupaient entre autre, les MATRES protectrices de la famille, les SYLPHES esprits de l'air, les TUTELAE qui défendaient les villes. Tous ces génies familiers disparurent peu à peu avec l'arrivée du christianisme et la chasse opérée par l'Eglise et la Royauté. Mais en Creuse ces croyances persistèrent avec les FADES ou fées, esprits de l'air, de l'eau, des bois ou des rochers.

Si les fades qui hantaient les roches d'Ep-Nell ou Epinelle étaient bienveillantes, celles du mont Barlot protégeaient un immense trésor, mais également des eaux d'une grande pureté qui guérissaient les maladies des gens du pays. Un jour des prêtres vinrent briser les statues des vieilles divinités gallo-romaines, les gens se convertirent au christianisme et délaissèrent les sources bienfaisantes. Furieuse la Grande Fade bondit sur les rochers, donna un coup de pieds qui eut pour effet de tarir les sources, et lança un marteau en s'écriant : ou le marteau tombera la source rejaillira. Ce fut à la station thermale d'Evaux.

Certains prétendent que cette légende eut lieu à Bord-St-georges ou à Chambon.

D'autres encore vous diront, que ces fées jouaient, dansaient et sautaient par-dessus les ruisseaux et que la fête n'avait qu'une seule limite, imposée par leur reine " :Toutes les jeunes fées se doivent de quitter le Mont Barlot avant que le soleil ne soit descendu à l'horizon, derrière le Puy des trois cornes." Hélas, pour avoir un seul soir refusé d'obéir, la colère de la reine devint terrible. Elle se saisit du marteau, frappa de droite à gauche et sous la violence des chocs, les sources disparurent et laissèrent la place au chaos granitique.

On dit aussi que le trésor de l'ancienne ville de Toul est enterre aux Pierres Jaumatres, qu'il est gardé par un veau d'or féroce, et que la personne qui domptera l'animal, trouvera le trésor et le distribuera pour ramener l'âge d'or et l'ère du bonheur.

  http://jean-francois.janot.pagesperso-orange.fr/Toulx%20ste%20croix/LES%20PIERRES%20JAUMATRES.htm

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

" La Boussaquine "  ...  image Personnelle !

 

Les Pierres Jaumâtres

ou

Légendes + libations

… à consommer avec modération !

 

 

C’est en creuse près de Boussac

que j’avais déposé mon sac

afin de prendre des vacances

bien au calme et sans turbulence.

 

Un vieux du coin m’a dit : «Mon gars,

tu ne peux pas louper cela,

il te faut sans être idolâtre

visiter les Pierres Jaumâtres ! » 

 

Après quelques explications

à grand renfort de libations

et une dernière rasade

nous partîmes en promenade.

 

Il était onze heures du soir

mais il ne faisait pas très noir

car un superbe clair de lune

éclairait toutes les communes.

 

Nous étions carrément beurrés,

tout juste en état de marcher,

quand soudain sur un coup de tête

nous décidâmes la grimpette !

 

 

Et pour monter au mont Barlot

faut du jus dans les godillots,

tout ce qu’il faut dans la musette :

pas question de faire disette !

 

Tous les cents pas un p’ tit gorgeon,

ça vous met un coup d’aiguillon,

ça scie aussi un peu les pattes

mais ça ne rend pas cul-de-jatte !

 

Nous grimpâmes tant bien que mal

d’un pas peu sûr et très bancal,

il nous fallut près de trois heures

pour toucher la Boule de beurre !

 

Et ce fut à ce moment-là

que pour nous deux tout bascula :

il y eut un grand bruit de fête

dans nos oreilles stupéfaites !

 

Nos yeux n’en crurent pas leurs yeux :

devant nous un ballet joyeux

de fées en petite tenue

nous souhaitant la bienvenue !

 

Elles n’avaient pour tout habit

qu’au nombril un petit rubis,

elles sortaient de leur baignade

en nous lançant moult œillades !

 

Impossible de résister

sous peine de les attrister,

nous partîmes en farandole

malgré l’état de nos guiboles !

 

Les Pains de sucre dépassés,

elles ne nous ont pas laissé,

nous entraînant vers la Bascule

au grand dam de nos rotules !

 

 

Il faisait de plus en plus chaud,

le ballet allait crescendo,

arrivés à la Boussaquine

elles se firent très coquines !

 

Je ne vous raconterais pas

ensuite ce qui se passa

- ce ne serait pas convenable ! -

arrivés au Berceau du diable !

 

Toujours est-il qu’à ce moment

déboula un terrible vent

et aussi la reine des fées

passablement ébouriffée !

 

Elle était vraiment en pétard,

nous traitant même de bâtards

devant les fées toute meurtries

de voir une telle furie !

 

Avec un énorme marteau

elle frappa presque aussitôt

autour d’elle sur la colline

… forte montée d’adrénaline !

 

Cela s’écroula de partout,

nous déroulâmes dans un trou

et entendîmes une sirène

mais plus de fées et plus de reine !

 

Nous aperçûmes le SAMU

et puis aussi bien entendu

des gars en bleu à l’air sévère

qui nous ne offraient pas un verre !

 

 Leur chef, un drôle de pignouf,

nous a dit : « Les pochards au gnouf ! »

Nous on a crié : « Mort aux vaches,

dans un vieux réflexe de potaches ! »

 

 

Du coup ils nous ont embarqué,

les cahots nous ont dégrisé,

c’en était fini de la fête,

nous avions la mine défaite !

 

                      Car :

Vous l’aviez pour sûr deviné,

c’est en sortant bien aviné

que nous avions raté la route

et entamé cette déroute !

 

Une légende et du pinard

ça se mélange tôt ou tard

en un incroyable délire

ainsi que vous pouvez le lire !

 

               Epilogue :

A part cela mes braves gens,

je vous recommande vraiment

de monter aux Pierres Jaumâtres

… et pas besoin d’être idolâtre !

 

Granit érodé par le vent,

le sable, la pluie et le temps,

une impression de démesure

dont on peut prendre la mesure !

 

Avec de l’imagination

on peut par affabulation

broder un peu sur les légendes

… tant pis si l’on nous vilipende !

 

Si  mon récit vous a bien plu,

tentez donc après avoir bu

d’aborder une autre légende

que je vous offre sans prébende.

 

Essayez : « Esprit es-tu là ? »

vous verrez peut-être Tulla

venue par le vent d’Armorique

vous faire tourner en bourrique !

 

Si jamais vous la rencontrez,

ne vous laissez pas commander,

prenez tout de suite les rênes

avant qu’elle ne vous promène !

 

Bien qu’elle soit fille de roi,

ne montrez pas de désarroi,

prenez en main cette tigresse

quitte à la choper par les tresses !

 

Sinon ell’ recommencera,

un tas d’hommes y passera :

il faut mater les orgueilleuses

qu’elles soient princesses ou gueuses !

 

 

 

                                   Rotpier

 

 

Pierres Jaumatres 2

Image du net

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

5 Août 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus !

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

4 Août 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 254 (1)rebus 254 (2)rebus 254 (3)rebus 254 (4)

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

C'est du long, c'est du lourd ... c'est du Rotpier !
 1ère ligne, 2ème image : c'est de saison ! 3ème image : boisson favorite des British !
 verbe aller au présent de l'impératif !
2ème ligne, 3ème image : le sale bête pique sauvagement !
4ème ligne, 1ère image : En haut du mat d'un voilier ancien ! ( l'autre aussi ! ) 2ème image, en direct : "vie"
 5ème ligne, 3ème image : en bordure de mer ou de fleuve !  Dernière image : quand son nez s’allonge, il "- - - - " ! ( l'autre aussi ! )
8ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours "se" ou "s" ! (les autres aussi !) 
9ème ligne, 3ème image : il n'est pas au galop !
 10ème ligne, 2ème image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! Dernière image : petit, il est lente !
11ème ligne, 1ère image: à la fin de la tétée le bébé fait son " - - - " !
Dernière ligne, 1ère image : en direct : " U " ! 3ème image : Eole est le dieu du " - - - - " !
 
Et pis c'est tout !

Bon courage ... il y a du boulot !

        Réponse :

Elle était tellement ravagée par le temps et une vie de patachon qu’elle avait fait une demande de classement en catastrophe naturelle pour obtenir des subventions ! 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour : "Mon ami le mur," de ... Pierre

2 Août 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Aujourd’hui : pas de coffrages et pas de béton pour moi !

 

 

Les dictons du jour :

 

« C’est au pied du mur qu’on voit le maçon »

 

Et aussi :


 « C’est au pied du mur qu’on voit le garçon »

 

 

Bonne chaude journée à tous… au pied du mur ou pas !

 

 

Mur

Image du net

 

Mon ami le mur,

 

En lui faisant la courte échelle,

je n’étais pas très innocent,

j’avais vu que la demoiselle

avait un beau tempérament !

 

Le tissu de sa minijupe

était vraiment très riquiqui,

elle en était - pour sûr ! - pas dupe

et en dessous c’était exquis !

 

J’ai cultivé la maladresse

faisant semblant de la lâcher,

ma main a glissé sous ses fesses

et a rampé sans la fâcher !

 

Poussant plus loin mon avantage,

j’ai vérifié qu’elles étaient deux !

Quant à leur ligne de partage :

j’ai failli me crever les yeux !

 

Nous avons perdu l’équilibre,

le mur que nous voulions franchir

nous a glissé : « Vous êtes libres,

il vous reste à vous affranchir ! »

 

C’était un mur plein de sagesse

qui connaissait les amoureux

et à son pied la mousse épaisse

formait un lit des plus moelleux !

;

Nous cultivions l’obéissance

- il fallait bien obtempérer ! -

nous avons fait mieux connaissance,

sans chercher à se modérer !

 

J’ai fait beaucoup de courte échelle

et le mur m’a toujours aidé,

quand je changeais de demoiselle

il ne semblait pas offusqué !

 

Mon vieux mur est toujours solide,

je viens le voir de temps en temps,

moi je ne suis plus si valide :

ma courte échelle a fait son temps !

 

A chacune de mes visites

il me dit invariablement :

« Tu n’amènes  plus de petite,

ça me plaisait énormément ! »

 

Il est vraiment resté robuste

mais sa tête part à vau-l’eau :

Alzheimer ! Ce n’est pas juste !

Même les murs ont leurs fardeaux !

 

Un jour je viendrais le rejoindre

ne sachant plus très bien pourquoi,

en observant la lune poindre

nous n’auront plus le moindre émoi !

 

Il sera temps que je trépasse,

je ne veux pas de ces fauteuils

où l’on dépose, où l’on entasse

des corps déjà en demi-deuil !

 

J’aimerais bien que l’on m’enterre

au pied de mon fidèle ami,

un peu de mousse, un peu de terre :

qu’irais-je faire au paradis ?

 

 

 

                  Pierre Dupuis

Lire la suite
<< < 1 2