Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

12 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

 

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

11 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 
 
 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) : 

 

 

C'est une pensée très sauvage du Rotpier avec un jeu de mots à la fin !

 

1ère ligne,2ème image: il ne faut pas choisir le court ! ... 3ème image: produit d'un vers du coté de Lyon ! ... 4ème image: marque de petits beurre !

3ème ligne, 3ème image: elle est souvent bonne ( enfin, moi, je n'ai jamais essayé ! )

2ème ligne, 4ème image: la moitié du truc de Titeuf !

4ème ligne, 5ème image: le serpend fait toujours " s " !

5ème ligne, 4ème image: il ne faut pas prendre le triste ! ... 5ème image: les personnages sont en lignes et en  " - - - - "

 

Rappelez-vous: ça ne manque pas de sel !

 

 

J'espère que vous allez trouver et que vous n'allez pas vous ramasser une gabelle !

 

 

Réponse :

 

Que l’on soit paludier ou pas il faut quand même se rendre compte de ce que les selles de gays rendent !

 

 

 

Bon appétit à tous !!!

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

" Un p'tit coqu'licot " de Mouloudji : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

10 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 
  
Pour faire suite aux coquelicots d'hier ....
 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Mouloudji :
« Un p’tit coqu’licot »
 
 
 
 
 
 
 
Comme un petit coquelicot

  

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
Mais pour aimer les coqu'licots
Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
La premièr' fois que je l'ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé.
Et sous le corsag' blanc,
Là où battait son cœur,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

C'est très curieux comm' tes yeux brillent
En te rapp'lant la jolie fille !
Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
Pour expliquer... les coqu'licots !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
Quand je l'ai prise dans mes bras,
Elle m'a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l'été
On s'est aimé ! ... on s'est aimé !
Et j'ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu'à la plac' du baiser
Y avait comm' une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure
Ta p'tit' histoire, et je te jure
Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot
Ni cett' passion... des coqu'licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !
Et le lend'main, quand j'lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag' blanc,
Juste à la plac' du cœur,
Y avait trois goutt's de sang
Qui faisaient comm' un' fleur :
Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot.
 

  

  

Bon partage !

 

Rotpier

 

  

 

Lire la suite

" Trésor coquelicot, " : Le poème du jour de ... Pierre

9 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 

 

Elle m'a dit : " Tiens c'est cadeau ,

 prend mes lèvres coquelicot ! "  …

 

 

 

 

 
image du net
 
 

Trésor coquelicot,

 

Jupe légère et froufroutante,

corsage ouvert en calicot,

la belle est belle et envoûtante

avec ses joues coquelicot !

 

Cheveux au vent et mèches folles

bouche à poser mille bécots

et un sourire qui affole

sur ses lèvres coquelicot !

 

Très réactive à touche-touche :

acquiescement sans quiproquo

pour se faire une fraîche couche

au milieu des coquelicots !

 

La peau à nu  -  adieu corsage ! -

corps velouté comme abricot

de jolis seins pas du tout sages

aux mamelons coquelicot.

 

Et pour finir  -  pourquoi le taire ? -

jupe légère en tas bientôt

et … non !  Stop ! Plus de commentaire

sur … un trésor coquelicot !

 

Et pour bannir toute indécence,

sur la scène : glisse rideau !

Aller plus loin serait licence :

on en reste aux coquelicots !

  

  

                                           Pierre Dupuis

  

  

  

  

 Photo de Jean-François Simon

                                    

  

  

 

  

  

  

Lire la suite

Et la liberté d'expression ? Non mais !... Le poème du jour " Il faut quand même, fierté, garder … non ? " de ... Rotpier

7 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 
  
Et la liberté d'expression ? ... Non mais !
 
 
 
 
 
 

Il faut quand même, fierté, garder … non ?

 

Dis … tu crois que tonton

il la saute encore la tata ?

Ah ! J’ voudrais bien l’  voir sur le tas !

 

Et leur fils, le Léon … y serait pas un peu tata ?

En tout cas,

chez lui, ça tourne pas rond !

Et ta cousine,

la grande bécassine

… elle n’aurait pas une copine ?

On ne la voit jamais avec un mec !

… Si ça se trouve, ell’  roule à sec !

C’est pas pour critiquer,

mais je m’  pose des questions :

c’est pas net astiqué

ce genre de situation !

 

Tiens, c’  matin, j’ai vu le voisin

… tu sais, le gros con

avec son abruti de chien !

Ils ne s’arrangent pas les crétins !

… Ni le maître, ni le chien !

Faut dire qu’avec la bonne femme

 qu’ils ont à la maison ,

… tous comptes faits … j’ les plains !

Une vraie vie d’ chiens … tous les deux !

 

 

Et le proprio,

avec sa grosse bagnole

et sa tête de maquereau !

Qui s’  tape la bignole

et aussi la gonzesse du haut !

Sûr qu’il va s’  la chopper la vérole

ou la schtouille espagnole !

 

Et pis ta sœur ?

Elle va venir encore longtemps ta sœur,

avec son abruti de prince charmant ?

Prince charmant d’  mes deux :

il est aussi débile que bigleux !

Quoi ?  … Il fait presque deux mètres ?

… Heu … oui ! … Et en plus il fait du karaté

… l’empaffé !

Même si j’  suis pas d’accord

j’ peux pas l’ foutre dehors !

En plus … en plus

… il te reluque

le trou duc !

Là, il faut que je trouv’ un truc !

 

… Oui ? … Qu'est-ce que tu dis ? … La vaisselle ?

Ouais ! J' vais la fair' la vaisselle !

Quoi encore ? … La ferme et va aux poubelles !

Ouais ! Ouais ! … J’y vais aux poubelles !

Je m’en occupe des poubelles !

Tiens, ça va m’  détendre les poubelles !

Et pis en plus, j’ vais pas m’ gêner

pour cracher sur le paillasson

d’  la gonzesse du second !

Même qu’en bouchant le judas,

j’ pisserais peut-être sur la porte

… en bas !

Et pis, si je le croise … le proprio,

j’ lui f’ rais un pied de nez

… dans l’ dos !

Faudrait voir à pas m’ prendre pour un couillon !

 

Non mais ! …J’ai quand même ma fierté … non ?

 

          

                                                             Rotpier

 

 

 

 

  

 

Lire la suite

Pédophilie: " Tu le diras un jour … " ... le poème du jour de ... Pierre

6 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 

Toute corrélation avec des faits d’actualité

est parfaitement justifiée.

 

Si dieu* existe

et compte tenu qu’il régit tout,

il est au bas mot complice.

Amis croyants, interrogez-vous !

  

  

* n’importe lequel !

 

Pierre

  

  

  

  

Image du net modifiée par Pierre

 

 

 

Tu le diras un jour …

 

Neuf ans,

tu avais neuf ans.

Lui ?  Quarante… à peu près.

Il t’en imposait

…il en imposait à tout le monde !

Il était l’autorité reconnue.

Reconnu de tous.

Ne pas lui obéir ? Personne n’osait !

Toi, plus que tout autre.

Toi le timide, le respectueux, le presque soumis.

Oh ! il avait soigneusement choisi !

Il avait de l’expérience : la  science de l’infamie !

 

Des bruits avaient bien circulé …

mais il en circule tant… des bruits !

Et puis … si gentil, si près des enfants !

Lui, l’organisateur des veillées,

 des ballades, des feux de camp,

des sorties, des colos !

Et toujours le bon mot !

Si serviable, si près des enfants …

Trop près !

Beaucoup trop près !

 

Avec ta naïveté et ta timidité,

 tu n’avais rien vu venir.

Tu n’avais pas vu l’étau se resserrer,

l’étau dégoûtant de ses bras se resserrer !

Et … c’était arrivé.

Après … des promesses ! … des menaces !

Trois fois il a recommencé !

Puis il a vu - il a su ! - que tu allais craquer.

Alors, doucement, perfidement, il a battu en retraite.

Il a continué les promesses … les menaces

… beaucoup plus les menaces !

Mentalement, il t’a bâillonné,

il t’a mis dans sa nasse !

Comme d’autres … comme beaucoup d’autres !

 

Puis, le temps a passé mais … rien ne s’est effacé !

Image claire et nette dans ta mémoire

qui remonte certains soirs

… certains soirs un peu plus noirs.

Tout est près à resurgir ! Il suffirait d’un déclic,

d’un fait plus fort que les autres

… un procès ?

Une lecture sur le sujet ?

Une émission de télé ?

ou bien tout simplement … l’amour !

 L’amour et toute la confiance en une femme,

pour qu’enfin tu parles, que tu dises,

que tu accuses le maudit, l’infâme !

 

Le calculateur !

Le manipulateur !

Le maître chanteur !

Le persécuteur !

L’abject prédateur !

 

Et d’autres suivront !

Oui ! D’autres suivront !

Et vous  éviterez que nuise encore le scélérat

… l’ignoble ordure qui t’a fait ça !

 

 

                                                   Pierre Dupuis

  

  

 

 

 

 

 
Lire la suite

Agamemnon : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

5 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 
 

Aujourd’hui,

 
 
 
Image du net
 
 

Agamemnon

 

Fils d'Atrée (de là le nom d'Atride qu'on lui donne fréquemment ainsi qu'à son frère Ménélas Omaleur ) et d'Aéropé, selon Homère, Agamemnon qu’un autre, est le roi légendaire de Mycènes dans l’Yonne.
Parfois Agamemnon apparaît comme le fils de Plisthène, fils d'Atrés.
Agamemnon tua Tantale, qu’il soupçonnait d’être tantouze, fils de son oncle Thyeste, et époux de Clytemnestre.
Clytemnestre  était la fille de Tyndare (elle le tenait très fermement) roi de Sparte et de Léeda, qui avait une Lada, et donc la demi-sœur Hélène et les garçons, de Castor et Pollux. Agamemnon l'épousa et ils eurent plusieurs enfants dont Electre, Ségolène, Iphigénie sans bouillir, Martine et Oreste.

Agamemnon était un roi puissant, surnommé le "roi des rois" et reconnu par ses pairs d'ailleurs n'avait il pas comme symbole de la toute puissance le sceptre d'ivoire et carré fabriqué par Héphaïstos pour Zeus qui l'avait confié à Hermès qui à son tour l'avait donné à Pélops, le grand-père d'Agamemnon? Le fameux sceptre d’ivoire est actuellement détenu par Gilbert Montagné qui espère retrouver la vue grâce à lui.


C'est lui, Agamemnon, qui organisa l'expédition punitive contre Troie et il fournit 100 navires dont 20 sous-marins et 2 porte-avions mais le chef suprême des Grecs fut retenu à Aulis par une grève des dockers et par des vents contraires car il avait offensé Artémis France tandis que Laverdure et Genevièvre du fond tenait bon, soit pour avoir tué une biche consacrée à la déesse, soit pour s'être vanter d'être meilleur chasseur qu'elle.


Sur les conseils du devin Calchas, il immola sa propre fille, Iphigénie sans bouillir, pour apaiser Artémis malgré l'opposition d'Achille Talon. Clytemnestre irritée par ce sacrifice jura de se venger et noua pendant la guerre de Troie une liaison adultère avec Egisthe, Bill Clinton et Dominique Strauss-Kahn.

 
Lors de la dixième année de la guerre de Troie, Agamemnon et Achille ramenèrent deux captives d'une expédition contre une cité voisine: Briséis fille du prêtre Brisès les noix et Chryséis, fille du prêtre d'Apollon, Chrysès. Briséis fut attribuée à Achille, et Chryséis à Agamemnon. Chrysès n'ayant pu racheter sa fille, Apollon courroucé envoya la peste Ségolène sur le camp grec et elle y  foutut un joli bordel. Calchas le devin révéla qu'il fallait rendre Chryséis pour satisfaire le dieu en colère. Agamemnon y consentit mais exigea en tant que chef, la captive Briséis.
Les deux hérauts d'Agamemnon, Talthybios de carte mère et Eurybates Man vinrent chercher Briséis et Achile obéit à contrecoeur mais refusa désormais de combattre Marine Le Pen et son père, le vieux roi du F Haine.

 

Après un voyage pénible et deux tentatives infructueuses de débarquement au cap Malée, puis à la pointe de l'Argolide, Agamemnon accompagné de son esclave et concubine Cassandre, qui ne cassait rien, revint finalement dans son palais de Mycènes dans l’Yonne. Cassandre qui était prophétesse et avait de belles fesses, U bot ( y avait des sous-marins dans l'coup , rappalez-vous ! ) annoncer les pires malheurs, le roi ne la crut pas et ne prit aucune précaution et lui refila le Sida … si !
Clytemnestre et son amant Egisthe décidés à se venger et établirent un plan pour les assassiner; les uns disent au milieu du repas donné le jour de leur arrivée, les autres disent au sortir du bain. Clytemnestre lui présenta une tunique sans trou ( et si tu niques sans trou, tu n’arrives à rien comme disaient les Nazis … si ! ) et profitant de son embarras quand il engagea la tête, Egisthe l'assassina froidement à chaud. Selon d'autres auteurs comme Eschyle c'est Clytemnestre qui tua son époux et sa concubine de ses propres mains, sans haine aucune, mais fermement.

Oreste, son fils, le vengera. … J’aurais pu écrire « Au reste, son fils, le vengera » ce qui n’aurait pas changé grand chose car je sais que vous vous en fichez autant que de votre première galipette !

  

Voici, voilà ce que vous deviez savoir sur Agamemnon… non de non !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

  

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

5 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

4 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

 
 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

Coucou, c'est le Rotpier qui passe !

 

1ère ligne, 1ère image: se prononce " ton "

ou " - - - "  !  ........ 2ème image: le mec est plutôt " - - - - " !  ( presqu'autant que moi ! )

2ème ligne, 4ème image: le serpent fait toujours " se " !

3ème ligne, dernière image: en direct " che "

  

  

Joyeuses pâques à tous !

 

 

Réponse :

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

  

  

  

  

  

 

Temps beau ou moche à Pâques passent les cloches !  
Lire la suite

Jacques Brel : " La ville s'endormait " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

3 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Le grand Jacques :
« La ville s’endormait »
 
 
 
 
 
 
La ville s'endormait

  

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l'eau d'une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu'eux
Dont le corps s'ensommeille

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu'elle ne se voit pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m'attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m'attend point
Je sais, depuis déjà
Que l'on meurt de hasard
En allongeant le pas

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Il est vrai que parfois près du soir
Les oiseaux ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu'elle chante
D'autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d'enfants
Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu'aux femmes
Et d'entre elles les connes
Ne ressemblent qu'aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu'elles soient l'avenir de l'homme

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
A deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait
 
 
 
 

Bon partage ! 

 

Rotpier

 

 

 
 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>