Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Fermeture des maisons closes à Amsterdam : Jacques Brel doit se retourner dans sa tombe !

21 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Risque de fermetures des maisons closes à Amsterdam !

 
Et les marins, a-t-on pensé aux marins ?

Moi, je dis que non !

Aussi, je leur dédie cette chanson en mémoire au Grand Jacques !

 

Vous pouvez - vous devez ! – chanter cela !

Il s’agit d’un devoir de mémoire !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier


 


Dans le port d’Amsterdam,

 

 

Dans le port d’Amsterdam

Y a des marins qui crachent

Qui crach’ et qui recrachent

Le trop plein de leurs âmes

 

Dans le port d’Amsterdam

Y a des marins qui pleurent

La fermetur’  de leurs

Grandes maisons à dames

 

Et ils march’ et ils glissent

Sur les larmes qui tombent

Souvenirs dans la tombe

De leur premièr’ chaud’ pisse

 

Et ils font tous la lippe

Que feront-ils à quai

Ils en sont tous inquiets

C’est fini pour les pipes

 

Plus de fill’ en vitrine

Plus moyen de s’ lâcher

Et pour se soulager

Y aura plus qu’ les latrines

 

Dans le port d’Amsterdam

Y a plus qu’à s’ foutre à l’eau

Tout ça pour des salauds

Qui eux ont tout’ les dames

 

Et ils tourn’ et ils pensent

Qu’on les a bien lâchés

Ils ont les bourses liées

Et cela tourne au rance

 

Alors ils manifestent

Et ils fout’  le bordel

Pour qu’ reviennent les belles

Et qu’enfin ils se lestent

 

Dans le port d’Amsterdam

Des marins fout’ à l’eau

En vrac tous les salauds

Qui veul’  tuer leurs âmes

 

Et ils chant’ pour les dames

Qui pour quelques euros

Font la bête à deux dos

Sans que se soit un drame

 

Dans le port d’Amsterdam

Dans le port d’Amsterdam





 

Lire la suite

Les pensées du jour un peu … de Rotpier

20 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



A Agen, ne voulant pas y être, je me suis mis au gin.

Et … voilà le résultat !

 


Les pensées du jour :

 

Le propre de la femme amoureuse est de savoir prendre son mâle en patience.

 

 xxxxxxxxx

 

Femme au foyer, chaleur assurée !

 

Nota :

Pensée de Rotpier, mise en application avant l’heure par le sieur Landru.

Le même qui disait « Y a pas à dire, ça chauffe au poêle ! »

Mais bon, de ça, je n’en suis pas trop sûr … mais il aurait pu le dire !


 


 

Lire la suite

Les haïkus cucul politico-rigolos du jour … de Rotpier !

19 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Ils sont idiots : c’est sûr ! 

Mais … grattez un peu le cucul et

… vous trouverez des vérités !

 

Les haïkus cucul politico-rigolos du jour :

 


Booster le P.C.

elle en a dans le buffet

c’est intel défit.


 

Démocratie Off

un triple tour de Le Pen

F.N. verrouillé.


 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un

petit commentaire !

Lire la suite

L'hiver indien

18 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Prémonition ?






L’hiver indien,

 

Depuis longtemps déjà, dans mes sommeils agités

mon esprit mélange les choses :

des faits lointains qui me reviennent avec clarté,

des faits actuels puisés dans des journaux du soir,

des faits futurs déjà gravés dans ma mémoire.

Dans mon crâne-laboratoire

s’effectue la lente et profonde alchimie de tout cela.

 


Bouillonnait ensemble cette nuit-là :

une très vieille légende indienne,

une  caisse de retraite avec un trou béant,

des voitures incendiées dans la plaine

et un vieillard me ressemblant.

 

Le tout était liquéfié dans ce creuset combinatoire,

mon crâne-alambic recueillait avec soin

la quintessence de ce magma malsain

d’où s’échappaient d’inquiétantes fumerolles noires.

La pression montait.

Tout allait exploser, quand…

un rêve jaillit en exutoire.

 

 Un vieil indien - me ressemblant -

tenant deux torches en sautoir

et sous le bras un réservoir,

s’éloignait de son pas pesant.

Dans sa démarche oscillatoire,

on sentait bien sa volonté :

« il fallait en finir ce soir »

Toute la tribu, sans s’émouvoir,

perdait de vue le vieil indien,

lorsque soudain, dans le lointain,

jaillit le feu libératoire.

Hochant la tête pour tout adieu

la grappe humaine se disloqua,

matérialistes et ambitieux

les jeunes oubliaient déjà.

 

… Un vieil indien me ressemblant …






Lire la suite

Les haïkus du jour ... selon Rotpier

17 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus aïe, aïe, aïe! ... du jour :


 


Haïku mouillé n’est

pas forcément tout transi

souvent loin s’en faut *

 

  • *  cille et marre tôt  ( petit +  dans la bêtise ! )

 

 

Un haïku froissé

la vie est passée par là

reste la misère

 

Je mériterais

coup de pied dans le haïku

pour avoir osé

 

 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

Lire la suite

Le dicton - poème du jour selon Rotpier ! De Michel à Angèle en passant par Roseline !

16 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Le dicton - poème du jour selon Rotpier !

 

Un petit jeu de mot, une petite bêtise ou …. une grosse,

un personnage caché ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !



De la Saint Marcel

à la Sainte Angèle les noix

se congèlent

sous l’effet du froid.

 

A moins que la voisine

Roseline bâche le lot

Par réflexe écolo !


 


 


Lire la suite

Aux hommes politiques en général et … à pas mal d’entre eux en particulier !

15 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Il y a, bien sûr, des hommes politiques plus intègres les uns que les autres, mais ils sont tous contraints, tôt ou tard, à des marchandages pour pouvoir être élus.

Les plus intègres n’atteignent que très rarement les sommets car ils se lassent de ces transactions qui ne fleurent pas toujours très bon !

Les moins regardants n’ont aucun scrupule à patauger dans le grand bouillon des tripatouillages, ce qui importe : c’est d’écraser la concurrence !

Ce sont eux, hélas, qui sont les plus nombreux !


 


 

Ceux qui connaissent P.V.,

sauront de quel poème, de lui,

je me suis inspiré… pour la forme !


 




L’art politique,

 

Du baratin avant toute chose !

Et puis surtout évite l’impair

moins vague et moins soluble dans l’air,

qui laisse traces et indispose !

 

Il faut aussi que tu n’ailles point

choisir des mots où rôde traîtrise :

demande donc à tes âmes grises

de vérifier dans tous les recoins !

 

Choses promises mettent les voiles

après bon apéro du midi :

tu pourras, auditoire attiédi,

les emmener tout près des étoiles !

 

Car tout est dans la nuance encor !

Promesses voilées de circonstance,

rien de précis, c’est comme danse :

bien posséder l’art du corps à corps !

 

Fuis de plus loin la phrase assassine,

sauf pour tes ennemis les plus purs !

Pour tes amis, prépare du sûr :

dans le genre… couteau de cuisine !

 

La concurrence ? Tords lui son cou !

Tu fera bien en train d’énergie,

de mater la journalisterie !

si l’on n’ y veille, elle ira jusqu’où ?

 

Ô qui dira les tords des régies !

Ces journalistes racontent tout,

ils forgent des histoires d’un sou

et les juges les privilégient !

 

 

Du baratin encore et toujours !

Que ta verve soit chose envolée

qui sonne dans toutes les allées :

tu finiras par gagner un jour !

 

Levons le verre à ton aventure

et qu’on se lève chaque matin,

sûrs d’avoir choisi le bon coquin

qui nous trouvera des places sûres !

 

 

 

                                                         Pierre Dupuis

 


 

 

Lire la suite

Soit en soie, soit en vers …

14 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Soit en soie, soit en vers, soit à l’endroit, soit à l’envers …






Femme en soi,


Dieu créa la femme.

Pour ne pas être en reste le diable mit,

dans sa prunelle, une petite flamme.


Le poète l 'habilla de vers,

le couturier de soie.

L' homme la déshabilla et l 'aima.


Ainsi soie style.


 


 


 

Lire la suite

Les haïkus cucul politico-rigolos du jour … de Rotpier !

13 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Ils sont idiots : c’est sûr ! 

Mais … grattez un peu le cucul et

… vous trouverez des vérités !


 

 

Les haïkus cucul politico-rigolos du jour :


 


 


Oui allo Marie

Je t’entends tu te rallies

Je t’aim’ moi non plus

 

 

Allo DSK

Que peux-tu faire pour moi

Je t’aim’ moi non plus

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

Lire la suite

Poésie: c'est de l'art ou du cochon ... ce que dit Rotpier !

12 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Petit clin d’œil appuyé à P.V.




L’art sans fard,

 

Quant à la rime …

 

Non ! Ne cherche pas, poète,

la rime riche à tout prix,

la pauvre a bien le droit d’être,

dans le vers et dans l’esprit !

 

Mieux vaut parfois l’assonance

qui coule comme l’airain

et donne la résonance

d’un clair et juste refrain !

 

J’entends déjà la sentence

d’un tenant du vers parfait,

qui me critique et me tance :

honte à lui, c’est un forfait !

 

Faut-il passer des nuits blanches

à vouloir changer la fin

d’ un vers dont la nonchalance

est elle-même l’écrin ?

 

Non ! Ne cherche plus poète,

la rime riche à tout prix,

la pauvre a bien le droit d’être,

dans le vers et dans l’esprit !

 

Mais …point de chasse aux sorcières !

quand elle vient à propos,

la belle est toujours princière :

pas de murs, pas de vopos !

 

 

Quant à la ponctuation …

 

 

Si parfois une virgule

un point ou bien un tiret

te transforme en noctambule

tu les laisses de coté

 

L’important c’est la chanson

qui parvient à nos oreilles

tout le reste est charançon

qu’on sulfate et qu’on balaye

 

Prends bien garde à ces vieux cons,

tout coincés  - avec œillères ! -

à ces donneurs de leçons,

qu’ils s’appellent Paul ou Pierre !

 

Non ! Ne cherche plus poète,

à ponctuer à tout prix,

ton vers a bien le droit d’être,

sans entrave et sans soucis !

 

Mais …point de chasse aux sorcières !

quand elle vient à propos,

la pose est toujours princière :

pas de murs, pas de vopos !

 

 

Que ton vers soit aventure

au vent crispé du matin

tout le reste est baratin :

prétexte à littérature !


 

                                           Pierre Dupuis


Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>