Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

" Une saine petite entreprise, " ou " A la santé de la veuve qui clôt, " Un poème pas très moral de ... Rotpier

2 Juin 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour, #Morale

Avertissement :

C'est une odelette pas très morale, mais on ne fait pas, comme on dit chez la Mère Poulard, d'odelette sans casser d’œufs !

Le Rotpier

 

Image du net

 

Introduction :

Sans encenser la chose,

l’escamoter serait insensé

… dévoilons-la donc …

  

Une saine petite entreprise,

ou

A la santé de la veuve qui clôt,

 

Elle avait le cœur accueillant

et le reste était chaud bouillant

une vraie cocotte minute

une reine de la culbute.

 

Bref ça bouillonnait de partout

chaud les marrons pour les loulous

qui se pressaient sous sa fenêtre

rêvant de la voir apparaître.

 

Sylphide nimbée de soleil

vêtue du plus simple appareil

pas même le plus petit voile

plus Vénus que Vénus sur toile.

 

Elle avait aussi un cerveau

qui n’était pas du mou de veau

sans aucune intention perverse

elle en fit son fond de commerce.

 

Pourquoi passer par un taulier

qui peut vous faire pieds et mains liés

ou pire comme l’on raconte :

mieux vaut s’établir à son compte.

 

Elle pluma de beaux pigeons

venus de tous les horizons

rentiers banquiers même notaires

et ouvrit sa petite affaire.

 

Un gentil petit lupanar

puis arriva Marthe Richard

la veuve qui a clôt les claques

alors qu’elle sortait du cloaque !

 

Venait le temps de se ranger

avant de se faire piéger

si l’on insiste l’on s’enferre :

elle laissa tomber l’affaire.

 

Du blé elle en avait beaucoup

elle pouvait tenir le coup

sans une pension de vieillesse

ça rapporte à tout va les fesses !

 

Elle acheta une villa

sur les hauteurs de La Ciota

bien à l’abri des commérages

elle y déposa ses bagages.

 

Ne voulant pas perdre la main

elle allait souvent au jardin

son jardinier homme à tout faire

avait de quoi la satisfaire.

 

Ce n’était pas dans son contrat

c’était juste quelques extras

trois ou quatre fois par semaine

et il aimait bien ces fredaines.

 

Entre les salades et les choux

dans la cabane un peu partout

tous les deux y trouvaient leur compte :

un jardinier vaut un vicomte !

 

Ils trinquaient le soir parfois tard

à la santé de la Richard

cette racoleuse authentique

devenue femme politique !

 

Surnommée la veuve qui clôt

qui se créa ex nihilo

une légende contestable

à coup de récits non prouvables !

 

      Mais elle…               

Elle n’avait jamais triché

quand elle menait son clandé

jamais recouru au chantage

jamais non plus à l’abattage !

 

C’était un commerce sérieux

comme on en voit sous tous les cieux

pas complètement honorable

mais dans le fond très charitable !

 

Dès lors qu’il y a un marché

l’ignorer serait un pêché

à la ville ou à la campagne

pourquoi en faire une montagne ?

 

L’important c’est qu’aux additions

il y ait participation

un honorable pourcentage

sans triche ni escamotage.

      

Premier adage :

« Mieux vaut une honnête taulière

qu’une déloyale banquière

une arnaqueuse de clients

une vrais pompeuse d’argent ! »

 

Second adage, à ne pas mettre entre toutes les mains :

« Qu’elle soit du peuple ou comtesse

la femme a pour elle ses fesses

sérieux joker notable atout

c’est comme ça et pis c’est tout ! »

 

                               Le Rotpier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Tu as le choc pour trouver les mots justes ! Rotpier, tu connais l'omelette de la mère Poulard alors tu as fort bon gout !
Répondre