Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Canicule : " Hécatombe, " un poème de Pierre écrit en 2003 ! + " Quand la canne ou la cane va, tout va! " de ... Rotpier ... juste pour rigoler !

22 Juillet 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Poésie, #Politique

.

Nom de Zeus : qué calor !

 

Un petit rappel !

 

Un poème écrit en 2003 

 

Image travaillée par moi-même

 

 

Hécatombe,

 

Il faisait chaud … très chaud !

La nature avait certainement une dent

- ce n’était pas possible autrement ! -

contre les hommes !

Un vieux compte à régler avec les fils d’Adam !

Et … sûrement pas une histoire de pomme !

Plutôt une histoire d’accroc.

Ce fameux accroc

dans la vaporeuse parure d’ozone

de notre bonne vieille Terre !

Le soleil avait bien vu la brèche

qui avait envoyé ses rayons

-  gigantesques bataillons d’Amazones ! -

décocher leurs traits brûlants !

 

En dessous, tout grillait :

l’herbe, les plantes, les arbres,

les animaux et les hommes !

Et, comme toujours, les plus faibles trinquaient.

 

Animal intelligent, l’homme réagissait.

On s’occupait activement des plus jeunes,

mais des vieux, on n’avait pas toujours le temps,

ou ils ne se plaignaient pas trop,

ou bien… on les avait tout simplement oubliés !

Alors, ils tombaient comme des mouches,

desséchés, pareils aux vieilles souches

dont l’écorce se fendille avant de se détacher.

La nature - en représailles peut-être ? -

avait décidé cette naturelle,

 implacable et brûlante euthanasie.

 

Toute guillerette, la mort faisait sa moisson :

il est vrai que c’était de saison !

Mais… tout à son souci de bien faire

- remarquait-on dans les hautes sphères ! -

elle y mettait quand même une indécente frénésie !

 

Il faisait chaud … très chaud

… dans les ministères !

Les responsables, qui n’avaient rien vu venir,

ne savaient plus comment s’en sortir !

L’opinion publique attendait des explications,

on lui disait : « nous avons pris toutes les dispositions ! »

Bref, on tentait de l’emberlificoter !

 

Il faisait chaud … très chaud

… dans les ministères :

les fusibles commençaient à sauter !

 

                                                                   Pierre Dupuis

 

Nota :

Bien sûr, les politiques ont retenu la leçon et cela se passe mieux maintenant.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Mais, ne nous laissons pas abattre et rions un peu !

 

 

 

Images du net ! 

 

 

Quand la canne ou la cane va, tout va !

 

ou

 

Le fermier facétieux,

 

 

 

On peut très bien être un fermier

 

et être adepte des boutades,

 

« la boutade me monte au nez ! »

 

était une de ses tirades !

 

 

Il adorait les calembours,

 

surtout ceux avec le mot « cane »,

 

ce volatile de basse-cour

 

à qui il ordonnait : « ris cane ! »

 

 

Comme il lui fallait s’appuyer,

 

il aimait bien aussi sa canne,

 

cadeau de monsieur le curé

 

avant que le pauvre abbé cane !

 

 

Je m’en vais vous énumérer

 

quelques jeux de mots de son cru,

 

ils ne sont pas tous éthérés

 

mais ne parlent jamais de c - - !

 

 

La cane marche à petits pas,

 

elle avance et elle tournaille,

 

c’est ainsi que la cane va

 

où voulez-vous que la cane aille !

 

 

Elle prend de l’eau dans son bec,

 

s’envole et la largue pépère,

 

recommençant tout aussi sec :

 

quand ça lui plait le cane adhère !

 

 

Un jour d’orage et de grand vent,

 

dans la rivière très gonflée,

 

il y eu un puissant courant

 

et l’on y vit la cane happée !

.

 

C’est alors que passait Zoé

 

qui l’attrapa à l’épuisette

 

« Elle a sauvé la cane … ohé ! »

 

s’écria en dansant Suzette !

 

 

Un jour de très vilains bandits

 

l’enlevèrent dans une cage

 

contre rançon pour le jour dit :

 

elle fut une cane otage !

 

 

Quand on chantait - toujours gratis ! -

 

elle préférait les romances,

 

on l’appelait la cane à bis :

 

elle voulait qu’on recommence !

 

 

Il avait un âge certain

 

et marchait avec une canne :

 

peut-être bien que ce mâtin,

 

de tout là-haut il en ricane !

 

 

Car le bougre s’en est allé

 

en exigeant d’avoir sa canne

 

dans son cercueil pour lui parler :

 

avec elle pas de chicane !

 

 

Il lui portait grande attention,

 

il l’avait surnommée « Icule »,

 

il est mort d’une insolation

 

emporté par la canicule !

 

 

Moi j’adorais cet homme sage

 

qui aurait pu me conseiller

 

pour épargner mon entourage :

 

on ne sait jamais quand caner !

                               

 

                                       Rotpier

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rotpier 24/07/2019 08:24

Salut Durdan !

l'Ankou de canne derrière les oreilles: ça fait mal !

Bonne journée à l'ombre !

Le Rotpier

durdan 23/07/2019 18:16

et la cane sans vieux
avec la canicule ,attention à l'Ankou de canne