Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le poème délicat du jour ( tout frais: il vient de sortir ! ) : " Poème dissipé, " ou " Ode aux pets, " De ... Rotpier

9 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie - humour, #Poésie

Préambule :

 Je m’en vais vous entretenir

d’une chose peu ragoûtante

je préfère vous prévenir 

elle risque d’être odorante !

Cela ne va pas m’ennoblir

c’est une vérité criante

pourtant pas question de mollir

sur cette affaire percutante !

On ne pourra plus me sentir

dans les académies pédantes

où certains sans s’en repentir

en lâchent en étudiant Dante !

Mais …

Vous commencez à vous languir

ça se sent de façon flagrante

allez je commence le tir

quitte à me prendre une soufflante !

Image associée

 

Poème dissipé,

ou

Ode aux pets,

 

Je voulais vous parler des pets

il y en a de toutes sortes

des écrasés avec toupet

des pointus sifflant en cohorte.

 

Il y a les pets agrippés

qui reste coincés à la porte

et les pets des gens constipés

auxquels il faut prêter main forte.

 

Les petits pets un peu fripés

à l’effluve malodorante

lâchés sur fond de canapé

par des mémés exubérantes.

 

Les pets dantesques des pépés

en échappée pétaradante

à déplumer les perroquets

et des bigotes décadentes.

 

Il y a les émancipés

libres et francs des transformistes

et les pets un peu éclopés

des sociétés d’unijambistes.

 

Parlons aussi des pets huppés

de ceux qui ont grosse fortune

de ceux qui ont anticipé

toutes les combines à thunes.

 

Ne pas parler des pets loupés

serait une grave lacune

ceux de Nicole Belloubet

qui ne m’en tiendra pas rancune.

 

Si Castaner veut m’inculper

que ce ne soit pas pour des prunes

sinon qu’il ferme son clapet

pour rouler des pelles aux brunes !

 

Mais mon copain qui fait le pet

me souffle : « Tu es sur écoute

tu ne pourras pas y couper

les perdreaux sont déjà en route ! »

 

Pourtant je veux coûte que coûte

parler du coup des pets dans l’eau

qui font des bulles qui glougloutent

et qui font rire les marmots.

 

Je sens au-dessus de ma tête

planer un danger j’ai du stress

ça sent mauvais et ça entête

comme les pets de Dame Oclès.

 

Une femme de Syracuse

qui en lâchait des chapelets

sur ce je m’en vais-je m’excuse

voilà déjà les argoulets.

 

Je file je me carapate

je n’aime pas ces ripoux laids

qui vont vouloir me faire aux pattes

je ne leur laisse que mes pets.

  

J’en connais un de longue date

qui est pas mal handicapé

par des problème de prostate

ça le rend pire qu’un roquet !

 

Puisque j’ai mis Dante au menu

- Oh ! La Divine Comédie ! -

vais-je devoir pour mon salut

entamer une parodie ?

 

Un poème bien biscornu

ne tenant pas dans un caddie

et provoquant chez les barbus

des crises de tachycardie.

 

Et si je passe par l’enfer

pour accéder au purgatoire

je pense que chez Lucifer

les gros pets sont obligatoires.

 

Si je m’en sors j’ai des jokers

et des masques respiratoires

dans les poches de mon imper

je vous raconterais l’histoire.

 

Je vous dirais comment j’ai fait

pour escalader tous les cercles

pour échapper au feu aux fouets

de tous les démons qui encerclent.

 

Et comment je suis arrivé

à soulever le gros couvercle

afin de pouvoir m’échapper

demi-cercle par demi-cercle.

 

Je pars en vous laissant en paix

sans la moindre cacaphonie

je n’aurais pas eu le toupet

de bâtir une symphonie.

 

Je ne serais pas pétomane

je n’en ai pas la vocation

ce serait pourtant une manne

pour me faire un tas de pognon.

 

Je n’ai que l’anus d’un profane

pas taillé pour l’exhibition

je sais passer du coq à l’âne

ça c’est dans mes dispositions.

    

 

 Apostilles à tout vent :

J’ai oublié qu’on me pardonne

je dois être un peu fatigué

de vous parler des pets de nonne

qui sont excellents à  croquer.

 

Il parait même que Lennon

en mangeait trempé dans du thé

que Yoko Ono me pardonne

si je manque un peu de respect.

 

Je vous salue de mon perron

sans pet carré et sans pet rond

soyez bénis allez en paix

gardez-vous bien des pets épais !  *

 

Allez en paix et pas en guerre

comme nous le faisions naguère

et que le méchant Belzébuth

n’atteigne en aucun cas son but.

 

Vous voyez je suis éclectique

je sais tirer sur l’élastique

du coq à l’âne je sais passer

quitte un jour à me ramasser.

 

Quand je pars sur une odelette

je me dis qu’elle est maigrelette

j’en ajoute à ne plus finir

certains vont jusqu’à m’agonir.

 

Qu’ils aillent poulets ou poulettes

se faire cuire une omelette

vous sans jamais vous désunir

vous avez tout lu sans faillir !

Je vous en remercie beaucoup

et me retire à pas de loup.

 

 

                                                         Rotpier

 

 

* NDA :  Je me dois de porter à votre connaissance, dans un but totalement désintéressé, que Tolstoï avait des pets guère épais. C’était important pour moi d’éclairer votre lanterne, dans une optique clairement affichée de vulgarisation. Mes vers sont totalement gratuits contrairement à ceux d’Afflelou, ce qui n’impacte pas les mutuelles. Je voulais que cela soit bien clair entre-nous.

 

Image associée

Je vous en prie, pas de ça ici je vous prie !   

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article