Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le pastiche du jour: " Le déserteur "de Boris Vian qui devient : " L’objurgateur, " de ... Pierre Dupuis

8 Mai 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Pastiche de chanson, #Pensées

 

.

Un petit  pastiche de la chanson de Boris Vian par … Pierre

 

Allez !

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  Le déserteur »

de Boris Vian

 

qui devient :

 

          « L'objurgateur … »

 

De … Pierre
 
Recette pour bien le déguster :
 
  • Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

  • On écoute religieusement l’artiste !

 

  • On descend et l’on chante sur les paroles de Pierre !
Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que les voisins commencent à hurler !
Donc : on écoute !
 

 

Maintenant on y va !
 

L’objurgateur,

 

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vos scribes peut-être
Vous donnerons vraiment
Je viens de recevoir
Mon tout petit salaire
un salaire de misère
De quoi broyer du noir
Monsieur le Président
Je ne sais plus quoi faire
Mais surtout pas me taire

Je vais parler aux gens
C'est pas pour vous fâcher
Mais il faut que j’ vous dise
De façon très concise 

Vous nous avez roulé


Moi j’aime travailler
Je tiens ça de mon père
Et aussi de mes frères
on n’aime pas glander
Nul besoin d’être expert
Pour observer qu’on tombe
que l’avenir nous plombe
vous faîtes du Thatcher
Quand vous étiez banquier

Vous fréquentiez les riches
Qui planquent et qui trichent
Pour mieux optimiser
Il n’y a pas de frein
Ils n’y vont pas d’ main morte
et vous en quelque sorte
Vous leur prêtez la main

 

Monsieur le Président

Vous préférez les riches

Qui reniflent et pleurnichent

Sur leur paquet d’argent

Ils en ont tant et tant

Que ce n’est pas croyable

Et les dessous de table

Sont des actes courants

S’il faut fair’ des efforts

Que tout le monde en fasse

C’est par trop dégueulasse

D’épargner les plus forts

Vous vous avez triché

Et viré trop à droite

Votre pied gauche boîte

Ce n’est pas un cliché

 

La mondialisation

Ce fabuleux prétexte

Pour promulguer des textes

Nuisibles aux nations

Quand je dis « aux nations »

Je parle des gens humbles

Ceux qui sont dans la jungle

À la merci des lions

Voraces sociétés

Aux cossus actionnaires

Méprisant la misère

Et se faisant du blé

Ils ont des bataillons

D’avocats de tout’ sortes

Qu’ils paient et qu’ils exhortent

À couvrir leur pognon

 

Ce n’est pas une vie
Et dans mon tour de France
De Bretagne en Provence
Je m’en vais dire aux gens:

Il vous faut réfléchir
Ne vous laissez plus faire
Révoltez-vous mes frères
Pour ne pas en rougir
Mais n’allez pas bon sang
Allez donner vos votes
A la blonde fachote
et son rassemblement
Vous voyez Président

Je ne perds pas la tête

Je ne suis pas si bête

Je suis un résistant

 

J’avais voté pour vous

Juste pour fair’ barrage

Aux vendeurs de mirages

Du FN et c’est tout 

Vous nous avez roulé

Comme l’a fait Hollande

et ça nous fout les glandes

de se faire entuber

Du bon sens s’il vous plait

Pas besoin d’être énarque

Pour savoir qu’une barque

Mal chargée peut couler

Elle peut chavirer

Tout le monde à la flotte

Tout le monde barbotte

Certains peuv’  se noyer

 

Monsieur le Président

Vous êtes absolutiste

Genre bonapartiste

Hautain et méprisant

Pour vous le parlement

Doit être à votre botte

Hors de question qu’il vote

Parfois en reculant

 Votre majorité

N’a pas son mot à dire

On la voit qui soupire

Quelquefois pour voter

Pas question d’étaler

Par trop ses états d’âme

sous le cou une lame :

votez ou dégagez

 

En tant que Jupiter

Vous maîtrisez la foudre

Le tonnerre et la poudre

en véritable expert

Mais il se peut qu’un jour

Vous fassiez comme Icare

Et que dans la bagarre

Vous tombiez à vot’ tour

Fini l’éternité

Les dieux sont éphémères

Et il est des chimères

Qu’il vaut mieux oublier

Monsieur le Président

J’avais beaucoup à dire

C’est bien mieux de l’écrire

Ça reste dans le temps

 

Mon titre « Objurgateur »

Est un néologisme

J’aime ce catéchisme

Que d’être novateur

Pas celui des curés

Que vous voulez séduire

Pour les réintroduire

… Le genre est menacé

Je voulais être court

Je n’ai pas su le faire

Je le savais naguère

J’en ai perdu le cours

Je n’aurais sûr’ ment pas

L’ombre d’une réponse

Ne serait-ce qu’une once

                            Bis)        Mais ça ira comm’ ça

 

 

                        Pierre Dupuis

 

 

 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article