Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le poème du jour : " Les maux des mots," ou " Des mots et des hommes," ... un poème de ... Pierre

19 Janvier 2016 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie

 

 

D'actualité ... d'aujourd'hui, d'hier et de demain ... 

 

Les maux des mots

Image du net

 

   Fable,

Les maux des mots,

ou

Des mots et des hommes,

 

Prenez un mot,

n’importe lequel.

Laissez-le seul : il s’ennuie.

Vous ne voulez pas qu’il en soit ainsi

alors, en bon samaritain,

… vous lui donnez un cousin !

D’abord, ils s’épient,

s’étudient,

sympathisent et puis pactisent !

Et … ils dansent les coquins !

Subjugué par leur élan

vous en ajoutez un troisième.

Les deux premiers l’épient,

se méfient,

l’étudient

et s’isolent dans un coin.

Ils bavachent, ruminent

et reviennent l’air chafouin.

Ils l’interpellent :

« Que viens-tu faire ici étranger ?

Nous étions là avant toi !

Nous ne voulons pas être dérangés

alors, passe ton chemin et tout ira bien !

En aucun cas nous ne pourrons nous accorder.

 

         Moralité :

Il en va des mots comme des hommes,

à deux ça va, mais à trois démarre la chienlit :

deux s’assemblent et c’est la dichotomie,

commence alors le grand capharnaüm.

 

                                                        Pierre Dupuis
 

D'actualité ... d'aujourd'hui, d'hier et de demain ... 

 

Les maux des mots

Image du net

 

   Fable,

Les maux des mots,

ou

Des mots et des hommes,

 

Prenez un mot,

n’importe lequel.

Laissez-le seul : il s’ennuie.

Vous ne voulez pas qu’il en soit ainsi

alors, en bon samaritain,

… vous lui donnez un cousin !

D’abord, ils s’épient,

s’étudient,

sympathisent et puis pactisent !

Et … ils dansent les coquins !

Subjugué par leur élan

vous en ajoutez un troisième.

Les deux premiers l’épient,

se méfient,

l’étudient

et s’isolent dans un coin.

Ils bavachent, ruminent

et reviennent l’air chafouin.

Ils l’interpellent :

« Que viens-tu faire ici étranger ?

Nous étions là avant toi !

Nous ne voulons pas être dérangés

alors, passe ton chemin et tout ira bien !

En aucun cas nous ne pourrons nous accorder.

 

         Moralité :

Il en va des mots comme des hommes,

à deux ça va, mais à trois démarre la chienlit :

deux s’assemblent et c’est la dichotomie,

commence alors le grand capharnaüm.

 

                                                        Pierre Dupuis
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article