Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

"A Guy Môquet " un poème de Pierre en hommage à un grand jeune homme.

1 Juillet 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

Poème écrit après une visite à la carrière des fusillés de Châteaubriant où Guy Môquet et vingt-six de ses amis ont été assassinés par les nazis le 22 octobre 1941.

 Lien :   https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_M%C3%B4quet

 

 

Guy Môquet

Image du net

 

A Guy Môquet,

 

Je suis allé dans la carrière

où avec tes vingt-six amis

vous avez chanté la dernière

Marseillaise au nez des nazis.

 

Vous êtes tombés sous les balles

de ces ignobles assassins

à la volonté animale

de faire souffrir à dessein.

 

Vous étiez les vint-sept otages

désignés arbitrairement

pour venger sur un coup de rage

la mort d’un de leurs commandants.

 

Vous aviez déjà connaissance

des méthodes de vos bourreaux

pour juguler la résistance

de ceux qui étaient des héros.

 

Vous en étiez déjà les frères

arrêtés et puis internés

dans des conditions arbitraires,

pris sur le fait ou dénoncés.

 

L’emploi des lettres anonymes

en ces temps-là était courant,

moyen avec risques minimes

d’éliminer des tas de gens.

 

Domaine réservé aux lâches

où l’on dénonce son voisin

pour des rancœurs que l’on remâche

depuis des temps parfois lointains.

 

Un concurrent ou bien encore

un rival de cœur ou d’argent

et tant pis si l’on collabore :

l’anonymat rend transparent !

 

La vie dans les camps était dure

et à Choizel pas d’exception,

les barbelés et les clôtures

rendaient ardues les évasions.

 

Les collabos et la milice,

les cloportes et les salauds

s’étaient ligués et mis en lice

pour vous mener droit aux poteaux.

 

Un gouvernement à la botte

avec des serviteurs zélés

qui avec les SS fricotent

sans même être manipulés !

 

Au Mont Valérien et à Nantes

d’autres pour la même raison

ont subi l’inique et sanglante

fin au poteau d’exécution.

 

Toi, Guy Môquet, le tout jeune homme,

tu avais rejoins tous ceux qui

se battaient sans être économes

dans les réseaux ou les maquis.

 

En entrant dans la résistance

malgré les risques encourus

tu as rendu gloire à la France

par ton courage et ta vertu.

 

Ta poignante lettre à ta mère

et le message à tes amis

prouve que devant l’adversaire

tu fus toujours un insoumis.

 

Exemple parmi les exemples,

malgré ta jeunesse tu as

montré ton courage et ta trempe

en écrivant ces lignes-là.

 

Des lignes qui tirent des larmes

quand on s’en empreigne vraiment,

des lignes devant servir d'armes

contre tout recommencement.

 

Si par malheur la barbarie

revenait un jour dans nos murs

par le fait de quelque incurie

envers les droits venus d’obscurs,

 

Il faudrait que pour la patrie

des « Guy Môquet » aux souffles purs

se lèvent vivement et crient :

« Tous au combat pour le futur ! »

 

« Que ma mort serve à quelque chose » 

c'est ta dernière volonté :

soyons et restons en osmose

avec ta soif de liberté !

 

                                       Pierre Dupuis

 

Guy Môquet carrière des fusillés

Image du net

 

Poème écrit après une visite à la carrière des fusillés de Châteaubriant où Guy Môquet et vingt-six de ses amis ont été assassinés par les nazis le 22 octobre 1941.

 Lien :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_M%C3%B4quet

 

Guy Môquet

Image du net

A Guy Môquet,

 

Je suis allé dans la carrière

où avec tes vingt-six amis

vous avez chanté la dernière

Marseillaise au nez des nazis.

 

Vous êtes tombés sous les balles

de ces ignobles assassins

à la volonté animale

de faire souffrir à dessein.

 

Vous étiez les vint-huit otages

désignés arbitrairement

pour venger sur un coup de rage

la mort d’un de leurs commandants.

 

Vous aviez déjà connaissance

des méthodes de vos bourreaux

pour juguler la résistance

de ceux qui étaient des héros.

 

Vous en étiez déjà les frères

arrêtés et puis internés

dans des conditions arbitraires,

pris sur le fait ou dénoncés.

 

L’emploi des lettres anonymes

en ces temps-là était courant,

moyen avec risques minimes

d’éliminer des tas de gens.

 

Domaine réservé aux lâches

où l’on dénonce son voisin

pour des rancœurs que l’on remâche

depuis des temps parfois lointains.

 

Un concurrent ou bien encore

un rival de cœur ou d’argent

et tant pis si l’on collabore :

l’anonymat rend transparent !

 

La vie dans les camps était dure

et à Choizel pas d’exception,

les barbelés et les clôtures

rendaient ardues les évasions.

 

Les collabos et la milice,

les cloportes et les salauds

s’étaient ligués et mis en lice

pour vous mener droit aux poteaux.

 

Un gouvernement à la botte

avec des serviteurs zélés

qui avec les SS fricotent

sans même être manipulés !

 

Au Mont Valérien et à Nantes

d’autres pour la même raison

ont subi l’inique et sanglante

fin au poteau d’exécution.

 

Toi, Guy Môquet, le tout jeune homme,

tu avais rejoins tous ceux qui

se battaient sans être économes

dans les réseaux ou les maquis.

 

En entrant dans la résistance

malgré les risques encourus

tu as rendu gloire à la France

par ton courage et ta vertu.

 

Ta poignante lettre à ta mère

et le message à tes amis

prouve que devant l’adversaire

tu fus toujours un insoumis.

 

Exemple parmi les exemples,

malgré ta jeunesse tu as

montré ton courage et ta trempe

en écrivant ces lignes-là.

 

Tes lignes qui tirent des larmes

quand on s’en empreigne vraiment

doivent être pour nous des armes

contre tout recommencement.

 

Si par malheur la barbarie

revenait un jour dans nos murs

par le fait de quelque incurie

envers les droits venus d’obscurs,

 

Il faudrait que pour la patrie

des « Guy Môquet » aux souffles purs

se lèvent vivement et crient :

« Tous au combat pour le futur ! »

 

« Que ma mort serve à quelque chose » :

une dernière volonté

qui serait alors en osmose

avec ta soif de liberté !

 

                                       Pierre Dupuis

Guy Môquet carrière des fusillés

Image du net

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Je viens de relire ce poème à Guy Moquet. Il est très beau Pierre.<br /> C'est dans ce musée que je vais aller déposer les archives de mon père pour faire reconnaître son combat de mutin de la Jeanne d'Arc, en avril 1943, alors que la marine de Pétain l'avait qualifié de déserteur sur son livret militaire. Il s'était évadé de Point à Pitre avec 70 de ses camarades pour aller rejoindre De Gaulle.<br /> C'est certainement un bel endroit qui accueillera ces documents, échanges de courriers dénonçant des passages à tabac et des tortures sur les autochtones, articles de journaux, médailles, photos et pavillon de Beaupré. Cela n'intéresse pas mes enfants qui se désintéressent totalement à l'histoire de France, à mon gran dam.
Répondre
R
Bonjour Zaza !<br /> Merci beaucoup !<br /> Oui, il est certain que ces précieux papiers seront en lieu sûr ici<br /> puisqu’ils n’intéressent pas tes enfants. ????????????<br /> Bonne journée !<br /> Pierre<br /> https://rotpier27.wordpress.com/
P
Bonjour,<br /> La barbarie, on la voit parfois à notre porte...et peu sont ceux qui ripostent...<br /> Que leurs noms ne soient jamais oubliés...
Répondre
R
Bonjour Pierrette !<br /> <br /> Les barbares sont partout ! L'important c'est de résister même si ce n'est pas toujours facile !<br /> <br /> Bon Après-midi,<br /> <br /> Pierre
Z
Coucou Pierre,<br /> Très beau poème et très bel hommage.<br /> Cette carrière des fusillés est un lieu de recueillement que je connais bien. Châteaubriant est à 1/4 d'heure de mon domicile en Ille et Vilaine. Le petit musée est extrêmement intéressant et la carrière très poignante. Ce mur avec avec tous ces hublots de terre d'un peu partout est émouvant. <br /> J'ai assistée en VIP à la 73ème cérémonie commémorative du dimanche 19 octobre 2014 intitulée<br /> " Libres et dignes", mise en scène par Claudine Merceron, avec la participation de 80 comédiens (adultes et enfants) amateurs et professionnels.C'était magnifique.<br /> Bises et bon vendredi. ZAZA
Répondre
R
Bonjour Zaza !<br /> <br /> Merci beaucoup !<br /> <br /> Je vois que tu connais parfaitement l’endroit.<br /> C’est un lieu où les larmes viennent aux yeux spontanément<br /> pour qui connaît et s’intéresse à l’histoire de la France<br /> dans les heures très sombres de l’occupation.<br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> Pierre<br /> http://rotpier.over-blog.com