Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

" Les raboteurs de parquet," : un poème de ... Pierre d'après le tableau de Gustave Caillebotte

4 Mai 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Je vous propose aujourd’hui un poème écrit à partir du tableau de Gustave Caillebotte : « Les raboteurs de parquet »

 Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Raboteurs_de_parquet

 

 

 

Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte

Image du net

Liminaire :

 Et ça rabote et ça rabote

Sous l’œil expert de Caillebotte

Qui mémorise les détails

De ces compagnons de travail.

 

.

Les raboteurs de parquet,

 

A genoux couverts de sueur,

torses nus sur corps athlétiques,

longs bras aux muscles élastiques,

ils s’activent les raboteurs.

 

Outils tranchants comme rasoirs

manipulés de main de maître,

que ce soit du chêne ou du hêtre

le parquet geint sous les racloirs !

 

De brut et rugueux au départ

il devient de plus en plus lisse,

bientôt sur lui les outils glissent :

il devient plan comme billard !

 

Dans la pièce flotte une odeur,

un composé âcre et hybride

de sueur et de bois acide

ne gênant pas les travailleurs.

.

D’un naturel plutôt taiseux,

les conversations sont très rares,

leur besogne les accapare :

ils gardent leur souffle pour eux.

 

Du vin est à portée de main,

ils en partagent les bouteilles,

pas un nectar de bonne treille

mais du gros rouge à fort tanin !

 

La chaleur et les gros efforts

font que parfois ils en abusent,

la fin de journée est confuse :

le travail avance moins fort !

 

Le lendemain ils seront là

prêts à recommencer leur tâche

douze heures par jour, sans relâche,

pas loin d’un travail de forçat !

 

Les genoux le dos et les bras,

le soir, ne sont plus que brûlures,

ce n’est pas une sinécure

que ce travail la tête en bas.

 

Quand la tâche est menée à bien

 et que l’on voit le parquet lisse,

on dit : « c’est un travail d’artiste

ces hommes sont des magiciens ! »

 

Ils repartiront autre part,

d’autres demeures les attendent,

on ne manque pas de commandes

quand on maîtrise à fond son art !

 

A jamais immortalisés

par le pinceau de Caillebotte

ils sont toujours là qui rabotent

le geste lent et maîtrisé.

 

                                               Pierre Dupuis

 

Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte

Image du net

Liminaire :

 Et ça rabote et ça rabote

Sous l’œil expert de Caillebotte

Qui mémorise les détails

De ces compagnons de travail.

Les raboteurs de parquet,

 

A genoux couverts de sueur,

torses nus sur corps athlétiques,

longs bras aux muscles élastiques,

ils s’activent les raboteurs.

 

Outils tranchants comme rasoirs

manipulés de main de maître,

que ce soit du chêne ou du hêtre

le parquet geint sous les racloirs !

 

De brut et rugueux au départ

il devient de plus en plus lisse,

bientôt sur lui les outils glissent :

il devient plan comme billard !

 

Dans la pièce flotte une odeur,

un composé âcre et hybride

de sueur et de bois acide

ne gênant pas les travailleurs.

.

D’un naturel plutôt taiseux,

les conversations sont très rares,

leur besogne les accapare :

ils gardent leur souffle pour eux.

 

Du vin est à portée de main

et ils partagent les bouteilles,

pas un nectar de bonne treille

mais un gros rouge à fort tanin !

 

La chaleur et les gros efforts

font que parfois ils en abusent,

la fin de journée est confuse :

le travail avance moins fort !

 

Le lendemain ils seront là

prêts à recommencer leur tâche

douze heures par jour et sans relâche

pas loin d’un travail de forçat !

 

Les genoux le dos et les bras,

le soir, ne sont plus que brûlures,

ce n’est pas une sinécure

que ce travail la tête en bas.

 

Quand la tâche est menée à bien

 et que l’on voit le parquet lisse,

on dit : « c’est un travail d’artiste

ces hommes sont des magiciens ! »

 

Ils repartiront autre part,

d’autres demeures les attendent,

on ne manque pas de commandes

quand on maîtrise à fond son art !

 

A jamais immortalisés

par le pinceau de Caillebotte

ils sont toujours là qui rabotent

le geste lent et maîtrisé.

 

                                               Pierre Dupuis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Magnifique Pierre, et un vieux métier pas facile. Merci pour ces jolies phrases. Bises et bonne journée. ZAZA
Répondre
R
Bonsoir Zaza !

Merci beaucoup !

Très bonne soirée à toi aussi !

Pierre